Nursery - Eugenia Nursery a lancé au public en début d'année Eugenia, sa deuxième création, après un disque inaugural en 2016. Cette jeune formation de l'écurie Kythibong Records (à qui l'on doit notamment les sorties de Binidu, Chocolat Billy, Les Agamemnonz, Papaye, Fordamage ou encore Deux Boules Vanille) se distingue de la "norme" par le fait que son batteur soit le chanteur, poste pas facile mais qui procure de belles joyeusetés musicales (Second Rate, BRNS, Death From Above 1979 pour ne citer qu'eux). Depuis 2014, ce trio de Nantes s'est forgé sur scène avec plus d'une centaine de concerts à la clé autour de l'hexagone afin de répandre aux oreilles réceptives leur vigoureuse dose de rock et de pop mélodique. Les premières écoutes d'Eugenia nous plongent au milieu des années 2000 avec les débuts de Stuck In The Sound (le timbre de la voix et les mélodies en sont par moments assez proches) et les coups de sang de Malajube. Puis on se rend compte, au fur et à mesure, que sa palette de couleurs est bien plus large que ça : Nursery sait passer sans tortiller du cul en mode post-punk ("Empty heaven"), garage-punk ("Skyline") ou noise-rock (la dernière partie de "Cut"). Eugenia est une succession de tubes en puissance qui, à leurs manières, sont autant déglingués les uns que les autres. Entre d'urgentes expéditions ("Tight", "Skyline") et des distensions musicales ("Physical") pouvant déboucher par exemple sur des titres faussement à l'eau de rose mais totalement beaux ("Sober tender"), Nursery nous surprend par sa façon de compiler autant de créations différentes, d'en faire une unité cohérente, et de rendre cette œuvre tout simplement unique.