Rock Rock > Nova Divine

Biographie > Nova divine

Depuis 1992 Marc Baca (chant, guitare) et Déborah François (chant) jouent ensemble dans de multiples groupes pop-rock. En septembre 2000, ils travaillent avec avec Jimme O'Neill (Silencers) sur un énième projet : one+one. C'est ce groupe qui devient Dharma quand Arnaud Fruteau en prend la guitare. Le groupe écume les salles parisiennes, vit surtout sur scène et change une nouvelle fois de nom à l'arrivée d'une nouvelle section rythmique incluant Jérôme Leoty à la basse et Sébastien Joly à la batterie, ce nouveau nom, c'est Nova Divine. En 2002, ils enregistrent une démo appelée Tourne avec l'envie de tourner à nouveau et d'ensuite sortir un album.
Avant cela il y aura Urgences...

Nova Divine / Chronique EP > Urgences

nova divine urgences Nova Divine vient de passer des moments très difficiles... Deborah a même mis la musique entre parenthèses, le reste du groupe n'aspire qu'à une chose, redécoller un peu vers le soleil et quitter les Urgences. La vie privée des membres d'un groupe ne nous regarde pas mais rejaillit ici directement sur le CD. Un maxi 4 titres qui apparaît comme une planche de salut, comme un véritable exutoire, faire de la musique pour oublier et continuer d'avancer, profiter de son existence. Enregistrer rapidement, ce Urgences est un patchwork de 4 titres écrits entre 1999 et aujourd'hui dont un en live.
Assez inégal, il est moins démonstratif que Tourne, on en retiendra surtout la chaleur de la guitare et la nervosité de la basse de "Cours" et l'excellent "Partir à temps". Le premier titre est d'une facture assez classique, un peu trop pour sortir du lot pour moi qui ne suis pas fan de Variét-Rock... Le live "Nous dans l'urgence" bénéficie d'un bon son et d'une très bonne éxecution, s'il n'y avait pas les applaudissements à la fin on pourrait croire à un titre studio... Très rythmé, les sonorités travaillées sur les guitares ou le chant (qui s'offre quelques phrases en anglais du plus bel effet) sont efficaces, on sent la maîtrise que possède le groupe. Le dernier titre s'allonge sur plus de 7 minutes, c'est le morceau qui m'a le plus marqué dés la première écoute. "Partir à temps" met en valeur une basse omniprésente, balladeuse ou trépidante, elle supplée une guitare qui finit par lacher quelques riffs puis par elle aussi partir en promenade au gré des notes claires. Durant tout ce temps, la batterie marque le rythme, le module et accompagne le chant de Marc. Un break (est-ce encore un break quand ça dure plus de 30 secondes ?) permet à l'atmosphère de peser sur l'auditeur, "Attends ! Atemps, à temps, ... Adam ! Attends", les nuages se déchirent, le maxi est terminé, j'espère sincèrement que Nova Divine retrouve le soleil...

Nova Divine / Chronique EP > Tourne

tourne Nova Divine est un groupe pop-rock qui a la qualité de production de la variété et l'honnêteté du rock'n'roll. Ca sonne très pro, très lisse, très net, c'est habilement construit et arrangé, bien écrit et ça peut passer en radio sans problème sans pour autant sonner faux et marketé, Nova Divine n'est pas un produit de consommation, c'est un groupe de pop rock qui tient la route et qui en trois titres démontre que ses aventures passées lui sont profitables. Les rythmes, les enchaînements, les notes de guitares déposées ici et là qui se répondent ("Taxi d'argent"), le chant qui rappelle Scapin, ## eNola ou ## Kaz, les choeurs féminins, les effets ("Lucide"), les ajouts d'instruments tel le violon, tout prend sa place naturellement au sein de leurs compositions à la fois riches et légères. Pas de surcharge malgré des tonnes de choses, c'est la grande réussite de Nova Divine. L'autre réussite, ce sont les textes, en français, un exercice ô combien difficile, des textes humains, un poil romantiques ("Qu'est-ce qu'il nous reste de toutes ces années ? Est-ce qu'il te reste quelq'un à aimer ?"), des histoires de rencontres, et malgré le léger surmixage du chant les écrits ne volent pas la vedette aux morceaux dans leur ensemble. Des titres assez bien rythmés, même le "Al Jazair (alternative)", très calme et assez plaintif, ne lasse pas... la mécanique des trois pistes proposées est bien huilée, il n'y a pas d'accroc, pas de temps mort. Le tout permet au groupe de présenter son âme en quelques minutes, d'installer son style, de marquer son territoire.