Nova : Supernova L'objet du délit comporte 5 titres, maquette regroupant des titres en anglais en attendant leur version en français, présentant la force de frappe de Nova. Chansons touchantes, mélodies filantes, ce CD est un receuil sucré de chansons à écouter dans le calme dont le but est -de faire vibrer, au sens le plus vicéral du terme-. Et bien c'est chose réussi pour ce "Supernova" qui brule ces dernières réserves d'hydrogène, après une ignition lente et ample, une étoile s'écroule sur elle même en une explosion magnifique, mélange acoustique, chant mirifique, voix feutrées un peu masquées, refrain passé à l'accélérateur de particules, un désespoir qui erre, guitares hurlantes perdus dans l'immensité de l'éther, 7 minutes qui sonnent comme une seconde et qui s'évapore trop vite.
"Supernova" est la perle de cette maquette, qui n'en n'oublie pas pour autant d'enchainer les bons titres, sauf peut-être "Psycho" un peu mou sur sa monture... "Time" ou "Bedtime story" représente un bon échantillon de Nova, une basse tout sauf pop, et c'est tant mieux, un petit groove impromptu, un trait de kôhl qui réhausse l'équilibre guitare-chant, un refrain qui ondule avec régularité, fragilité et grandeur, une voix qui grimpe des sommets et des cordes en contrepoint, aux parties simples mais efficaces.