kurt cobain - Montage of heck Plus de 20 ans après sa mort, certains arrivent encore à faire de l'argent avec Kurt Cobain... Même si au départ, l'idée de Brett Morgen était de réaliser un documentaire "assez vrai" pour nous dépeindre la jeunesse et les tourments du leader de Nirvana au travers des témoignages de ses amis, sa famille, de scènes tournées sur des lieux emblématiques et la mise en action de travaux artistiques pas uniquement musicaux, ce superbe documentaire accouche aujourd'hui d'un "album" voire même d'un "album collector". Universal n'a même pas eu à faire les fonds de tiroir puisque les "sons" étaient utilisés dans le documentaire. Utiles à la narration et à créer une ambiance sonore, ces premiers bouts de Nirvana n'ont pourtant, une fois sortis de leur contexte, que peu d'intérêt.

Ici, on se contente de la version "normale", deux fois moins longue (une grosse demie heure) que la version deluxe, boîtier cristal, une page pliée en deux, il ne faut pas chercher une plus-value dans le packaging et se focaliser sur la musique. Enfin, sur des pistes récupérées au fin fond des archives de Kurt Cobain et suffisamment bien retravaillées au mixage pour qu'elles soient audibles du plus grand nombre. On a donc 13 plages avec des idées farfelues, des pains, des bruits de fond et quelques bribes de titres qui deviendront des hymnes pour toute une génération. Les fans hardcore de Nirvana ont donc un nouveau disque (enfin deux puisque le fan hardcore achètera les deux versions) à ajouter dans leur collection... Mais pas de son vraiment nouveau puisque beaucoup de ces titres sont déjà parus sur différents bootlegs (les fameux Outcesticide) ou dans le coffret With the lights out. La très vieille démo de "Been a son" ou la reprise de "And I love her" des Beatles peuvent avoir un embryon d'intérêt mais ça ne fait pas un album.

Et c'est là qu'est le principal souci avec cette bande-son de Montage of heck, pourquoi pas sortir une version collector assez limitée mais classieuse pour accompagner le DVD, on peut imaginer aisément un joli packaging avec le DVD, le CD, un livret, des photos... De ce côté-là, l'inspiration ne manque jamais et certains "coffrets" de ce genre sortis ces dernières années sont sacrément bien foutus. Mais pourquoi ne sortir que ce CD avec 13 pistes ? Une sorte d'album bâtard mis en avant comme si on allait découvrir Kurt Cobain sans faire d'efforts ? Soit on est fan de Nirvana et on veut un truc en béton, soit on n'est pas méga fan et on n'a pas besoin de cette galette (sauf si on collectionne tout). Bref, garde tes sous pour le DVD si tu veux que le blondinet grunge te procure encore des émotions...