New Favourite - blood blast Ce qui se passe à Vegas reste à Vegas. Par contre, ce qui peut se passer un soir de concert en République Tchèque entre As We Draw et The Prestige (deux groupes qui ne te sont pas inconnus si tu lis nos pages avec assiduité) peut se retrouver gravé sur un EP sous le nom de New Favourite. Car ce groupe, comprenant des membres de ces deux formations, vient de concrétiser une réelle envie de sortir de leur quotidien musical. Et le résultat est explosif.

En dix-huit (trop courtes) minutes et cinq titres au compteur, New Favourite impose, avec son premier EP, son rock empreint de punk et de hardcore comme une nouvelle valeur sûre de la scène alternative française. N'ayant rien à envier de ce qui peut se faire outre-Manche ou au-delà de l'Atlantique, j'ai à peine le temps de digérer ces cinq bombes que je me projette déjà dans les futurs concerts (snif) et le premier album longue durée (hope). Car oui, je suis comme ça : quand un disque me botte dès la première écoute, j'en redemande, et au plus vite. Car comment ne pas succomber au son costaud (merci Amaury Sauvé), aux mélodies imparables, aux voix torturées et inspirées et, surtout, à la qualité de ces compos qui font mouche à tous les coups ? "Tape worms" est une succession de riffs coups-de-poing, "Holy eyes" rappelle les belles heures de l'indie grungy rock avec des guitares accordées très bas, "Lust fiend" aurait pu faire les belles heures d'un groupe de stoner/desert rock, tandis que "(Yeah these ain't no) love killers" enfonce le clou avec son refrain déjà inoubliable, et "Neons" achève l'auditoire avec son basse/batterie pachydermique et ses guitares assourdissantes. Pincez-moi, je crois rêver ! Franchement, on est pas loin de la perfection, et en cinq titres, New Favourite écrase la concurrence (quelle concurrence ?) avec ses titres en mode marteau-piqueur, composés avec malice et bon goût. Ramasse tes dents et on reparle quand tu veux.