La première partie, Magyar Posse, ça avait l'air sympatoche sur le papier mais j'arrive hélàs trop tard pour avoir un avis digne de ce nom. Pendant l'entracte, le petit Aeronef se remplit progressivement lorsque le crew My Own Private Alaska installe le trio dans son nouveau local pour une soirée : un tabouret, un clavier, une batterie, quelques éléments de déco' puis basta... C'est sommaire mais la musique du trio ne demande pas plus : juste des musiciens qui s'investissent au taquet afin de faire vivre des compositions et c'est-ce qui va se passer durant ce live. Les My Own Private Alaska débarquent assez rapidement sous les applaudissements d'un public probablement pas si conquis que ça : entre les déçus de l'album, les sceptiques de la formule venu tâter un petit phénomène en live, on imagine le groupe dans une démarche de séduction perpétuelle. Tristan, le claviériste, introduit le groupe par un speech on ne peut plus clair : c'est la dernière date du groupe, ils sont un peu nases mais vont tacher de donner un dernier coup de grâce à une tournée qui s'est visiblement bien déroulée. Tristan présente la set-list et c'est parti pour un moment de musique dont je ne connais pas la moitié puisque n'ayant pas eu l'occasion d'écouter l'album Amen avant ce live.

My Own Private Alaska - Lille My Own Private Alaska - Lille Le premier titre se nomme visiblement "Amen" et My Own Private Alaska semble reprendre les bases de l'EP avec un doigt de nuance dans le chant et une concision qui leur va plutôt bien. Milka, que l'on avait déjà adoré ailleurs, affiche toujours une présence non négligeable et un talent vocal assez éloquent : celui-ci varie la position assis/débout en fonction des moments d'intensité et ça donne encore plus d'impact à un déballage de tripes assez classe. D'autant que le reste du groupe n'est pas là pour faire de la configuration : la comparaison avec Helmet et Will Haven n'est pas du tout usurpée en terme de puissance de feu avec un duo piano/batterie qui tabasse sévère. D'autant plus (bis) que les My Own Private Alaska sont dotés de morceaux d'une qualité assez évidente : "Die for me" et "I am an island" dans des versions légèrement remaniées, "After you", une version inspirée de "Where did you sleep last night? " etc. On quitte le groupe après un concert physique et particulièrement réussi. Juste le temps de récupérer un exemplaire d'Amen à un stand merchandising très fourni qui fera baver plus d'un fan et c'est une autre soirée qui commence pour votre serviteur : de la bière, de la bière, voir même peut-être un peu de bière. Cheers!