Mudweiser - So said the snake On a beau aimer Mudweiser, il faut se faire à l'idée (comme Laeticia) que le groupe ne peut sortir un album tous les deux ans, Reuno étant un peu beaucoup occupé (Lofofora, Le Bal des Enragés), c'est pas Tool non plus, mais les skeuds sont assez rares alors écoutons-les "lentement", ça tombe bien, leur stoner contient toujours une grosse dose de doom et ne traverse pas le désert à toute blinde, préférant voir la poussière encrasser les amplis plutôt que de la faire voler dans son sillage. Pour ce nouvel opus de leur rock rocailleux et charmeur, quoi de mieux qu'un serpent pour héros ? So said the snake est donc rampant et pas uniquement sur l'ultime "The snake" d'où est extraite cette phrase ("Useless prick", "777"). Pour autant, pas question de se la couler douce tout le temps, le quatuor envoie du riff bien gras et fournit quelques envolées inhérentes au genre (depuis un "Fairy tale" un peu téléphoné jusqu'à un "The story of Joe Buck" plus contrasté et osé). Un poil plus aérien et après un régime (ce Mudweiser est moins gras), le combo réchauffe nos oreilles et Reuno continue de nous bluffer tant sa voix semble coller naturellement à ce style.