rock Rock > Mud Flow

Biographie > flot de boue ?

C'est lors du Dour 2000 que j'ai découvert Mud Flow, cet énième groupe belge dans la lignée de Deus avait réussi à faire son petit trou dans la scène belge... Il faut attendre 5 ans, 1 EP (Preface) et 2 albums (Amateur et RE Act) pour qu'ils soient enfin disponibles facilement en France avec A life on standby, sorti au début 2004 en Belgique, il débarque chez nous en 2005 aprés la déferlante Girls in Hawaii / Ghinzu ... Il nous en aura fallu du temps pour comprendre que la Belgique était un vivier pop... Depuis ce concert de Dour, le groupe a bien évolué, il est aujourd'hui composé de Vincent (chant et guitare), Blazz (basse) et Charly (batterie), le trio bruxellois devrait profiter de l'engouement des frenchies pour tirer leur épingle du jeu chez nos disquaires...
Fred (claviers) rejoint le groupe avant l'enregistrement de Ryunosuke qui sort en 2007 en Belgique... En France, comme d'habitude il faudra attendre de longs mois avant de trouver le beau digipak dans les bacs...

Mud Flow / Chronique LP > Ryunosuke

Mud Flow : Ryunosuke Après nous avoir émerveillé avec A life on standby et s'être amusé au sein de différents projets les Mud Flow reviennent en France avec Ryunosuke et encore une fois, il aura fallu attendre et encore attendre avant que l'album ne soit disponible, certains labels ne lachant pas leurs droits sur l'étranger mais ne sortant pas non plus les disques, il aura fallu patienter plus de 18 mois pour mettre la main sur le superbe digipak (signé GWL) et son contenu (merci au passage à Martingale/Booster/Discograph pour prendre le risque de sortir le disque en France bien après sa sortie belge).
Et s'il est toujours très plaisant d'écouter Mud Flow, la magie ne s'opère pas aussi facilement avec ce nouvel album bien plus complexe à appréhender que le précédent, les mélodies restent "simples" mais la construction des titres est beaucoup moins "pop", Ryunosuke ne se laisse pas apprivoiser en 2-3 écoutes, il en faut bien plus pour pouvoir en profiter pleinement. Trois des dix titres dépassent les 7 minutes, de multiples idées les composent et si certaines sont immédiatement efficaces (l'introduction de "My fair lady Audrey"), d'autres jouent sur la langueur et leur longueur pour faire leurs effets ("The story was best left untold"). Le troisième long morceau est celui qui donne son nom à l'album "Ryunosuke", c'est aussi celui d'un conteur japonais de l'entre-deux-guerres, la voix de Vincent est alors proche de la rupture et s'appuie sur celle Satié Nagasawa qui lit des extraits de textes de l'auteur en japonais, le filtrage donne un aspect lointain, téléphonique à la douce voix féminine, apportant au titre une atmosphère très étrange. Des formats plus pop/rock un peu dansants encadrent ces plages, "In time" ou "Monkey doll" sont bien rythmés, "Shooting star" est bien plus grave, "Trampoline" rebondit grâce à des cuivres colorés, "Waltz 1" montre que l'intégration des claviers est intéressante et "Planes" reçoit en renfort la voix de Fritz Sundermann (très grand guitariste belge de son état et qui a rejoint Sioen en 2006).
Mud Flow a pris des risques avec Ryunosuke, leur talent de mélodistes est ici moins mis en avant que sur A life on standby mais le groupe est allé plus loin en terme d'explorations et d'expérimentations, une autre voie empruntée elle aussi avec talent...

[fr] GWLGraphisme.com (11 hits)External ]

Mud Flow / Chronique LP > A life on standby

mud flow : a life on standby Amateur de pop bien ficelée, très travaillée sans pour autant qu'il ne faille se remuer les méninges pour tout comprendre, Mud Flow est fait pour toi. Les Belges savent faire des titres faciles à appréhender avec suffisament de richesses pour ne pas servir de la soupe... La tonalité de ce superbe A life on standby est assez rauque, plus américaine (Wilco) qu'anglaise, le chant (en anglais) accapare l'attention, interpelle et captive, souvent doux et paternel, il nous met directement en confiance, même quand les ambiances sont plutôt intrigantes ("Tribal dance"). Tantôt électriques ("New eve"), tantôt acoustiques ("Unfinished relief"), les guitares ne nous agressent jamais et laissent même de la place à d'autres instruments comme le piano sur "Song 1". Mud Flow ne cherche qu'à atteindre la délicatesse absolue et à nous caliner, nous cajoler, comme s'ils avaient quelque chose à se faire pardonner. Leurs rythmes nous bercent et rares sont les moments où la tension monte et quand bien même elle fait surface comme sur "Debbie and Charlie (the true story)", ce n'est que passager, de petites notes ramènent bien vite le calme.
Mud Flow charme avec ses mélodies et ses enrobages (comme cet effet très Pink Floyd période récente sur "Chemicals"), ne sort pas de single pop taillé pour les radios (encore que "Today" en aurait le potentiel) mais n'en fait pas moins une pop ultra abordable, pas aussi triturée et mentale que Radiohead, bien plus chaleureuse et mature que celle de Ghinzu ou Girls in Hawaii, une pop soyeuse et ravissante. Bref, A life on standby est une perle.