The Wörld Is Ours - vol 2 "Good evening ! Are you allright ? We're Motörhead ! And we play rock 'n' roll". Ceux d'entre vous qui ont déjà assisté à un concert de Motörhead connaissent cette introduction par coeur. Inlassablement répétée à chaque concert depuis des lustres (leçon de français "on" : un lustre est équivalent à cinq ans. Des lustres, c'est donc cinq ans fois plusieurs, ce qui, dans notre cas, est totalement justifié. Leçon de français "off"). Motörhead, c'est bien connu, est une machine de guerre, véritable rouleau compresseur du rock 'n' roll ayant vendu son âme au diable en contre partie de quelques bouteilles de Jack. Motörhead, c'est Mickey Dee, véritable moissonneur-batteur du rock, Motörhead, c'est Phil Campbel avec toujours des bons riffs dans son flight case à guitares. Motörhead, c'est aussi Lemmy Kilmister, seul membre d'origine du trio (un temps quatuor) au charisme impressionnant et à la voix reconnaissable entre mille. Le line-up actuel (en place depuis de nombreuses années) avance à son rythme, souvent sur la route avant d'enregistrer des brûlots dont eux seuls on le secret (le dernier, The wörld is yours, en est un parfait exemple). Mais Motörhead prend toute sa signification sur les planches. La scène est son terrain de prédilection. Et quand, il y a un an, est paru The wörld is ours - vol 1, le fan en a eu pour son argent. Mais qui dit volume 1 dit bien évidemment volume 2 ! Et voilà que quelques mois plus tard parait donc The wörld is ours - vol 2 objet de ces quelques bons mots destinés à vous faire saliver avant de courir chez votre disquaire préféré pour lâcher quelques euros en vue d'acquérir ce nouveau live.

L'objet étant sorti dans le commerce sous différents formats (LP, DVD, Blue Ray,...), j'ai choisi de vous faire part de mes impressions suite à l'écoute du double CD agrémenté d'un DVD live. Déclinant le live intégral d'un concert donné par le groupe au Wacken en 2011 et de quelques extraits du Rock in Rio et du Sonisphere anglais de la même année, l'auditeur habitué à voir le groupe en concert ne sera pas déconcerté. En effet, la set-list est classique et fidèle à ce que le groupe peut proposer depuis quelques années avec ce fameux triptyque de fin de concert ("Killed by death", "Ace of spades" et "Overkill") et les classiques de chez classiques ("Going to Brazil", "Stay clean", "In the name of the tragedy", "Metropolis"). La dernière tournée fait tout de même place nette à d'excellents morceaux du dernier album studio en date ("Get back in line", "I know how to die"). La puissance du trio en live est parfaitement restituée sur disque (chose pas forcément aisée quand on connaît la qualité des gars sur des planches et surtout le niveau sonore développé !) même si le live du Wacken bénéficie de loin du meilleur son. Mickey Dee ("the best drummer in the world !") en met partout sans jamais frôler l'indigestion, la guitare de Philip Campbel ("on my right, on your left, playing Motörhead for 27 years") pleine de delays et de rigueur en bouche un coin à chaque intervention, et la basse de Mr Lemmy est tout simplement gigantesque ! Comme à l'accoutumée, la batterie est largement présente dans le mix, faisant la part belle aux breaks de folie accompagnant la guitare et la basse d'une puissance incroyable. Bref, les fondamentaux sont respectés (puissance, efficacité, rock aux accents blues joués avec les burnes...), et c'est bien là le principal. Je regrette juste que des doublons (voir triplons pour "Killed by death" !) soient présents sur la tracklist (du fait que le disque est tiré de trois shows), le groupe disposant de tant de matériel dans sa cartouchière discographique pour offrir quelques raretés en live. Mais je ne vais pas bouder mon plaisir et je ne peux que vous conseiller, novice ou adorateur du plus ancien et authentique groupe de rock en activité, de vous procurer cette galette.

En ce qui concerne le DVD (qui reprend le tracklisting du double CD), encore une fois pas de surprise. Du Motörhead dans son plus simple appareil (Lemmy quasi immobile, Mickey Dee avec le même débardeur depuis je ne sais combien de temps, Phil et ses guitares dégueulasses), même si, captation de DVD et tête d'affiche au Wacken oblige, le fameux "Bomber" fait son retour (effet visuel garanti !). En ce qui concerne le concert du Sonisphere (dédié par un Lemmy ému à Würzel, ancien guitariste du combo, décédé la veille de la prestation anglaise), ça balance les hits en pleine après-midi sans jamais baisser d'intensité. Enfin, le Rock in Rio (qui ne bénéficie pas du meilleur son) est encore un extrait de concert fidèle à la réputation du trio magique. Une bonne occasion pour reluquer les bottes de l'ami Lemmy et la mauvaise dentition de Phil et de laisser emporter par la fureur d'un groupe qui n'a jamais fait aucune concession et qui, depuis des décennies, distille un rock 'n' roll rageur ayant influé tout ce que vous écoutez toute la journée ! Et oui les gars, les légendes sont toujours en activité, profitez en pour revenir à la base ! Malheureusement, les bonus proposés par le réalisateur sont vraiment pauvres (les deux fans du Wacken qui déambulent des fosses aux backstages n'apportent vraiment pas grand chose, à part la belle machine à sous de Lemmy et quelques aficionados au look d'enfer). A vérifier si le DVD et le Blu-Ray commercialisés sont plus fournis en images extra musicales.

En résumé, et vous l'aurez compris, ce bel objet qu'est The wörld is ours - vol 2 fera belle figure dans votre rockothèque et accompagnera vos longues et froides soirées d'hiver (et peut-être bien plus). Et comme conclusion de cette chronique, je ne me prive pas de vous faire part de l'outro de leurs lives : "Don't forget us : we're Motörhead ! And we play rock 'n' fuckin' roll". Que dire de plus, hein ?