rock Rock > Mother Superior

Biographie > les mères supérieures du rock ?

Mother Superior est un groupe américain formé en 1993. Auteurs de neuf albums enregistrés depuis, le trio est notoirement connu pour avoir été la deuxième mouture du Rollins Band pour lequel il a enregistré deux albums studio et un live. Véritable bête de scène et boulimique de concerts dans le monde entier, Mother Superior est également un redoutable groupe de studio, et a notamment collaboré avec Iggy Pop, Lemy de Motörhead, Meat Loaf et Wayne Kramer du mythique MC5 qui a produit leur cinquième album. J'en passe et des meilleurs. Impressionnant, n'est ce pas ? Et pourtant, le trio ne se prend pas la tête en enchaîne les albums et les tournées pour le plus grand plaisir de ses nombreux fans. Pour la sortie de

Grande, c'est Kicking Records qui décroche la bonne affaire pour la mise en bac du skeud dans l'hexagone.

Review Concert : Mother Superior, Mother Superior + BZP live @ Montbeliard (Juillet 2008)

Mother Superior / Chronique LP > Grande

Mother Superior : Grande Mother Superior impose le respect. Tout simplement. Ce trio américain a joué avec les plus grands, maitrise le rock 'n' roll sur le bout des doigts et a sorti de grands disques. A l'occasion d'une tournée européenne, Kicking Records a décroché le ponpon en sortant Grande, énième album du groupe. Grande est peut être le disque idéal pour découvrir MS. En effet, ce disque de dix plages est une compilation améliorée regroupant quelques grands titres de la carrière du groupe de Los Angeles sous forme de remix, live ou nouvelle version, le tout agrémenté de trois nouveaux titres. Tout un programme me direz vous. Le disque débute avec "Get that Girl", tiré de l'énormissime Moanin'. Ce morceau, énorme en concert, résume parfaitement ce qu'est Mother Superior : un batteur béni des dieux, un bassiste pour qui le groove n'a pas de secret, et un guitariste qui ne fait qu'un avec sa six cordes. Grosses grattes, rythme entrainant, solo impeccable, duo basse/batt a couper le souffle, le mix parfait entre AC/DC, Aerosmith et tutti quanti. Vous l'aurez compris, on tape dans le rock des seventies. "Five Stars", enregistré à Selestat, ne déroge pas à la règle en balançant un morceau au chant impeccable et au rythme endiablé. Dommage peut être que l'enregistrement live soit en deça de la qualité des zicos. "Four walls" relâche la pression de la plus belle des manières. Encore une nouvelle version du titre issu de 13 Violets, cette fois ci, version acoustique pleine de subtilité grâce notamment à la belle présence de la pédale steel de Daniel Lanois (producteur de U2,...). "Brain child" est un inédit. Morceau dans un ambiance chère à Black Sabbath, l'atmosphère est lourde et pesante, la voix de Jim est envoûté comme Ozzy a pu l'être. Le refrain mélange mélodie et mélancolie, jusqu'à ce que la machine s'emballe et que les guitares deviennent tranchantes, puis que le rythme s'atténue pour redevenir une nouvelle fois diabolique. Un nouveau morceau live s'annonce avec "Jaded little princess", encore une fois, un son pas vraiment à la hauteur de l'ensemble avec la guitare un peu trop en arrière. Ce qui n'enlève rien à la qualité du morceau lorgnant du coté du blues rock efficace et fidèle à la tradition. De nouveau un remix de l'énormissime "Meltdown" tiré une nouvelle fois de Moanin'. Le groupe balance un riff à la Angus Young, AC/DC a fait des émules, et ce qui est génial, c'est que Mother Superior ne plagie pas, Mother Superior rend hommage a ses ainés, et franchement, les cinq australiens auraient de quoi être fiers s'ils entendaient ce morceau. Tout y est : refrain entêtant, riffs dévastateurs, basse/batterie impeccable, bref que du bonheur pour le rockeur qui se respecte. Car oui, Mother Superior est LE rock. "Beg Brrow steal" est un nouveau morceau live enregistré en Espagne (ou le groupe a énormément de succès). Ce titre envoie encore dans la plus grande tradition rock avec une guitare omniprésente et un chant des plus justes. Encore une fois, le refrain fait mouche. Il n'y a qu'à écouter pour s'en rendre compte. "Moanin'" est...un nouveau titre inédit. Encore une fois, on plonge directement dans les années 70 avec cette chanson conçue pour le live et peut être un peu monotone sur disque, avec des accents Hendrixiens. Hommage aux Beatles avec le classique "Happiness is a warm gun" à la sauce MS. On sent véritablement que les américains adorent le quatuor de Liverpool, on en frémit à l'écoute de cette bonne reprise. Le disque se termine avec une nouvelle version de "Let it go" mix parfait entre The Rolling Stones, Aerosmith et Creedence Clearwater Revival version absolument magnifique avec une nouvelle participation de Daniel Lanois à la pédale Steel qui donne toute son ampleur à cette jolie chanson sans prétention. Vous l'aurez compris, même si ce disque n'est pas le meilleur de la carrière de l'impression groupe californien, il a le mérite d'offrir un format peu conventionnel qui permettra au public français de se faire une idée large du talent et de la créativité de Mother Superior. A quoi bon en dire plus, de toute façon, vous avez déjà arrêté de lire cette chronique pour vous ruez chez votre disquaire. Merci Kicking Records, merci Mother Superior.