rock Rock > Mother of Pearl

Biographie > MoP


Originaire de la région bordelaise, Fabrice (chant), Olivier (guitares), Rolando (basse) et Guilain (batterie) aiment les Black Sabbath, Kyuss, Nebula, Mc5 et Pink Floyd. Comme ils ont envie de jouer la musique qu'ils aiment, ils montent un groupe début 2006 : Mother of Pearl est né. Entre hard 70's, stoner, psyché-rock, heavy blues, et acid-rock, le jeune groupe enregistre en 2007 sa première démo, sobrement baptisée Demo.

Mother of Pearl / Chronique EP > Demo


mother_of_pearl_demo.jpg L'entrée en matière est plutôt classique, production un peu soft, lignes de grattes particulièrement soignées, un groove efficace, un rock classieux, heavy blues, sous l'influence des Monster Magnet, "Bloodsuckers" est plutôt sympathique même si encore un peu léger pour convaincre durablement. Enregistrés dans les conditions du live en quelques heures, les cinq morceaux composant le premier essai de Mother of Pearl, à ne pas confondre avec les lyonnais de Mother & Pearl qui oeuvrent eux dans un registre plus metal progressif, suintent ce sentiment d'urgence et ce feeling si particulier des groupes qui mettent en boîte une galette sans filet de sécurité. Seconde étape avec "So tired" : une rythmique lancinante, un chant en osmose avec les parties instrumentales et un deuxième titre qui, un peu dans le même esprit que les Gentlemen of Leisure, n'échappe pas à un certain classicisme. Plus affirmé, "Mud cum fire & blood" balance son groove old-school le temps de quelques minutes d'un rock viril aux accents fuzz avant que les choses ne s'emballent sur un final explosif et saturé.
Mother of Pearl montre de plus en plus les dents et la joue un peu carrément stoner rock sur le très "Kyussien" "Make a livin". Basse bourdonnante, guitares qui tournoient autours d'une mélodie caniculaire et fédératrice, le groupe envoie du riff et débroussaille joyeusement les cages à miel de ceux qui poseront une oreille sur leur démo. Section rythmique qui balance, guitares qui se lâchent complètement et chant un peu plus en retrait sans que le morceau n'en pâtisse, Mother of Pearl est assurément sur la bonne voie. Et le groupe de confirmer cette belle impression sur l'excellentissime "Little eagle" et son intro sans doute inspirée par les Queens of the Stone Age. La suite sera plus orientée 70's, avec quelques fulgurance psychédéliques, mais les bordelais parviennent à garder toute leur emprise sur des morceaux qui ne sont finalement pas dépourvu de personnalité. Electrisant, racé et efficace, cette première démo est déjà une bonne petite mise en bouche pour un groupe dont on attend maintenant la suite avec une certaine impatience...