rock Rock > Minus (Le)

Biographie > Primus, Incubus, Le Minus, tout ça rime avec...

Le Minus voit le jour vers la toute fin de la première décennie des années 2000 et s'offre un premier tour de piste discographique en 2009 par le biais d'un EP trois titres baptisé Rancour is a gift. Un groupe de rock de plus comme l'hexagone en compte des palanquées ? Oui pour le tout début de la phrase, pas du tout pour sa conclusion, parce que ce trio originaire de la région toulousaine oeuvre dans un registre musical que ne renieraient certainement pas les Primus, Fishbone, Bumblefoot et autres Living Colour... autant dire pas vraiment des adeptes du rock consensuel. Des affinités musicales que le groupe remet en avant sur un premier album long-format qui paraît en 2010 dans la confidentialité la plus totale, le trio ne le travaillant pas vraiment en termes de promo (The book of V). Mais deux ans plus tard, Le Minus met cette fois les petits plats dans les grands avec un deuxième opus long-format baptisé Make my day.

Minus (Le) / Chronique LP > Make my day

Le Minus - Make my day [Kronik Express]

Après un EP (Rancour is a gift) qui nous avait enthousiasmé car totalement anachronique donc plutôt frais pour nos petites oreilles blasées et un premier album complètement passé inaperçu (The book of V, qui nous avait échappé), Le Minus revient avec un long effort de 9 titres. Au menu, toujours ce rock fusion imprégné par Fishbone, Living Colour, Primus et consorts. Un gros son et un album excellemment produit, une basse qui percute, des riffs efficaces mais cette fois-ci avec des relents néo-métal et des plans ("Never forgive, never forget") qui piquent un peu les oreilles en 2012 même si je dois admettre que ces plans en question passent de mieux en mieux suivant le compteur d'écoutes. Je suis peut-être juste un gros con mais force est de constater que ces mecs là maitrisent leur sujet de A à Z(ob). Mention super bien quand même.

A noter un artwork bien léché qui fait son petit effet lorsqu'on découvre le disque.

Minus (Le) / Chronique EP > Rancour is a gift

Le Minus - Rancour is a gift La pochette n'est à priori pas trop engageante et c'est bien dommage parce Le Minus pourrait plaire à un paquet d'afficionados de ces groupes des années 90, notamment les cousins de syllabes Primus et Incubus période Fungus Amongus. Décidément ça fait beaucoup de "US" et ça révèle plutôt bien le menu de cet EP bien court mais largement suffisant pour se faire une petite idée de ce groupe très prometteur qu'est Le Minus.
"Autodestructor" entame Rancour is a gift sur les chapeaux de roues avec un morceau qui a tout du tube en puissance : une section rythmique énorme avec une basse frénétique qui rappelle les Red Hot, un riff puissant et accrocheur, un refrain simple qui squatte les cages à miel, un break jouissif et une débauche d'énergie largement communicative. Sur "Salut et merci pour tout", la plage suivante, Le Minus semble s'essayer à d'autres terrains : celui du français mais aussi celui de l'apaisement mais c'est sans compter l'énergie intarissable qui habite le trio qui reviendra très vite à une dynamique endiablée. Même si dans un premier temps, le choix du français m'a plutôt déplu comparativement à la première piste, il faut avouer qu'à la longue et après quelques écoutes, la sauce prend plutôt bien et que les paroles en français se fondent dans l'identité de Le Minus pour un ensemble cohérent et convaincant. Cette bonne impression sera d'autant plus renforcé par le sur-jouissif "Vé" et ses premières minutes dynamitées : baston basse/batterie avec la guitare en médiateur, refrain tenace, phases rythmiques prenantes et percutantes. Là encore, c'est une réussite de plus à mettre à l'actif du trio : on serait tenté d'en redemander encore une pelletée mais l'EP est déjà fini. Il se murmure qu'un album bien garni ne devrait plus tarder à arriver dans les parages du webzine aux grandes oreilles. A suivre donc.