rock Rock > Mary Slut

Biographie > Mary Slut

Mary Slut, le groupe. L'histoire de Mary Slut débute fin 1999. Déclenchant une tempête musicale non négligeable, le quintet revendique un style qu'il qualifie lui même de "fusion émotionnelle". Un beau programme. Le but est de lier le coté sombre du hardcore et la finesse des mélodies. Une démo 5 titres éponyme voit le jour en juillet 2000. Mélangeant les expériences du live et les enregistrements studio, le combo Toulousain est tout naturellement introduit dans le collectif Antistatic mélangeant aussi bien Psykup, Sidilarsen et Leiden. Enregistré au local Antistatic, Spiralisation est la deuxième production sonore de Mary Slut, en attendant le premier vrai album à paraitre prochainement chez Antistatic Records

Mary Slut / Chronique EP > Spiralisation

mary slut : spiralisation Mary Slut dégage ce qu'on pourrait appeler une force... animale. Ou plûtot des forces animales. Dans tous les cas, Mary Slut a su, à travers ce quatre titres d'une rare intensité, développer un style qui peut déconcerter. Aussi bien intrigant que violent, toujours convainquant et puissant. Quatre titres toujours basés sur ce brassage qui leur est cher : le contraste de la musique hypnotique et ravageuse. "In this life" en est le parfait exemple. Intro aux percussions, guitare chaleureuse, ambiance malsaine puis electricité palpable avec refrain impeccable et chaos incontrolable. Même si la voix se cherche encore, les instruments accompagnent de fort belle manière cet organe qui a tout de même plus d'un tour dans son sac. "Lieu d'être" joue lui aussi avec les ambiances, ce coup ci, on penche vers le mystique et le glauque. Beaucoup plus accessible que ses amis du collectif, Mary Slut me fait penser, à certains passages, à un Psykup en quête d'un rock moins accrobatique que celui qu'il exécute pour notre plus grand plaisir. Belle référence. Je me risquerai à dire que les deux groupes toulousains ont le point commun de savoir jouer avec les constrates sans se perdre dans cet exercice délicat. "Lieu d'être" est ainsi le meilleur titre de ce Spiralisation. "Mary est l'idée" use encore d'ambiances quelque peu malsaines pour nous captiver. Ce coup ci, les flutes sont de la partie, pour apporter une touche candide à cet univers déconcertant. Tout simplement génial. Le quatre titre, "Spiralisation" commence quand à lui au didjeridoo, prémice au tempo lourd et inquiétant du morceau éponyme. Encore une ambiance que les adeptes de l'autruche core ne renieraient pas. Ni même les Lunatic Age pour le coté rock noir et crasseux. Encore une fois, la voix se cherche mais, paradoxalement, cela amène à l'ensemble un coté attachant. Puis la folie prend le dessus pour un final stoner carrément planant !! Je suis piégé. Mary Slut m' a pris dans ses entrailles. Et ce n'est pas pour me déplaire. De bonne augure pour l'album qui risque d'être... animal.