rock Rock > Lull

Biographie > Un moment de calme


Lull ("un moment de calme" en français), est le side-projet solo de Florian Pessin, chanteur des très bons Settled in Motion. Un petit projet parallèle que le Grenoblois mène tranquillement depuis l'automne 2006 et quelques concerts, via lequel celui-ci peut explorer une autre facette de sa musique, plus folk, pop mais toute aussi indie. Courant 2007, en marge de ses activités au sein de Settled in Motion et notamment la prod du mini-album No drama, no heroes, Florian trouve le temps d'enregistrer quelques morceaux composant le bien nommé First releases, premier essai discographique du projet Lull, qui débarque dans notre boîte aux lettres un beau matin d'hiver.

Lull / Chronique LP > The epilogue

Lull - The epilogue Quelque peu disparu des écrans radars ces dernières années, Lull a refait son apparition il y a plusieurs mois, le bonhomme a passé quelques temps à New York où il a continué d'écrire de la musique et de s'imprégner de l'atmosphère locale. Même si au départ, c'était un projet "solo", Florian a fait appel à d'autres musiciens pour l'accompagner quand il est revenu en France, laissant le soin à son pote Loreto d'intégrer un peu de piano sur quelques morceaux depuis Big Apple. Cet album pop folk très chaleureux est porté par la pureté de la voix mais aussi par la richesse des ambiances, des plus intimistes ("Rise my soul") aux plus rockailleuses ("You can't make rain anymore" où Jose des Jose and the Wastemen apporte distorsion et chant plus entraînant). Les titres s'affirment les uns par rapport aux autres tout en formant un ensemble cohérent même si au cas par cas, ça fonctionne plus ou moins bien (le cuivré "Wasted afternoons" me laisse assez indifférent alors que la clarté de "Young and stupid" est très touchante et "The sun" très emballant). Malgré son nom, The epilogue n'est que le premier album long format de Lull et on espère que ce n'est pas le dernier.

Lull / Chronique EP > First releases


lull_first_releases.jpg En marge du premier essai électrique et urgent de Settled in Motion, le chanteur dudit groupe Grenoblois nous offre aujourd'hui First releases, recueil de quatre compositions écrites pour son projet parallèle : Lull, produit par Frédéric Lefranc (déjà aux manettes de Rhesus, Kaolin... et SiM..). Ce "moment de calme" voulu par leur auteur, ces folk-songs apaisantes le respire à plein poumons. Et cette émotion intimiste, savamment mise en scène par le songwriter, qui parcourt la mélodie désenchantée d'"Against our needs" est à ce titre un modèle du genre. A la croisée des chemins entre les sillons musicaux d'un Elliott Smith et d'un Surfjan Stevens, Florian Pessin rejoint de jeunes auteurs frenchies doués et tristement méconnus ou trop peu connus comme Renaud Brustlein (H-Burns) ou le duo Jérémie Grima/Sébastien Bourdeix a.k.a Stereoscope. La musique n'est pas la même évidemment, mais cette manière d'appréhender la mélodie folk-pop recèle d'évidentes ressemblances. Après le clair/obscur mélancolique d'"Against our needs", "Clocks" (rien à voir avec le tube interplanétaire de Coldplay), entrevoit la lumière à travers des instrumentations dépouillées et un titre délicieusement enjôleur. Folk matîné de pop feutrée, Lull est léger, survole sans sujet sans s'égarer sur des chemins de traverse, planant doucement au-dessus d'un "Let's talk" aux émotions à fleur de peau, jamais nombriliste ou triste à en pleurer. Si Florian peut parfois se laisser aller à quelques moments de spleen existentiel, ce n'est pas pour nous plonger dans un état de semi-dépression comme tant d'autres de ses contemporains, aussi talentueux soient-ils. Ainsi va la vie... D'ailleurs, le quatrième et dernier titre de First releases résonne comme l'écho de cette impression. "The chance I've got", met en lumière une vérité trop souvent oubliée, Lull est tout simplement heureux d'être là (et nous avec d'ailleurs), ravi d'écrire une musique agréable à écouter sur sa terrasse un matin d'hiver en mettant de côté ces illusions, espoirs ou déceptions du moment et encore plus comblé de la partager aujourd'hui avec nous. Oui ainsi va la vie...