Louis Jucker - Something went wrong Louis Jucker, l'indéboulonnable prince suisse de la folk lo-fi bricolée, nous revient avec Something went wrong. Présenté par l'intéressé comme son œuvre la plus aboutie à ce jour, cette dernière est une sorte d'auto-portrait construit et façonné à travers dix nouveaux titres faits maison en Suisse. Aidé de quelques amis (Steven Doutaz de Cochon Double à la batterie sur "The dam" et aux chœurs sur "Our eastern wedding" en compagnie de Camille Mermet et Louis Schild (LEON), Louis continue d'expérimenter ses sonorités, son univers visuel (avec son ami Augustin Rebetez) et de rechercher une forme absolue d'authenticité dans le confort de sa frugalité. Car l'arsenal du chanteur de Coilguns se résume à peu de choses près à une guitare, un petit amplificateur, une boite à rythmes low-cost et de quelques vieux instruments retapés, le tout enregistré sur un 8 pistes cassette pour donner de la force à cette ambiance si intimiste follement désirée. Mélancolique tout en étant par moments brumeuse, cette folk touche à la fois par son effet miroir poétique (avec une prédominance sur les questions existentielles, le bilan d'une période de vie) mais également par de solides mélodies et un falsetto bien éloigné des hurlements du gaillard chez Coilguns. Qu'on aime ou pas, ce disque s'avère être finalement non pas seulement celui qui semble être le plus abouti mais également le plus accessible et, avec le cap de la trentaine atteint, Louis Jucker livre en effet l'un, si ce n'est son plus beau bilan musical de ses dix dernières années.