Little Box - Handle with care Je n'ai aucun souvenir d'avoir reçu de disque promo de la part de Little Box (groupe ou attaché de presse compris). Je suis à la bourre sur certaines chroniques, je veux bien en convenir, mais un EP de 2014 resté sous blister jusqu'à aujourd'hui, ce n'est pas mon genre. En y réfléchissant bien (en même temps que je rédige cette chronique), je crois en fait avoir acheté ce disque dans un lot auprès d'un Lyonnais il y a un peu plus d'un an. Ce qui veut dire que j'ai plus d'une douzaine de mois de retard d'écoute, et là, c'est possible. Quoi qu'il en soit, j'ai envie de te parler Handle with care, premier EP de Little Box.

Cette chronique ne sert pas à faire la promo d'un disque sorti il y 8 ans de la part d'un groupe qui semble ne plus exister depuis 2018 (merci les réseaux) mais bien à te parler d'un skeud qui a fait tilt dans mes oreilles en deux riffs et trois refrains. Six titres au compteur pour ce court format du quatuor d'Annonay en Ardèche, mis en boîte au Warmaudio Studio (UMFM, Flying Donuts, Fleau) et masterisé chez Jason Livermore au blasting Room (Descendents et des milliers d'autres). Au programme : du punk-rock teinté de pop, gavé de mélodies et énergique à souhait. C'est frais, entraînant et surtout, ça n'a pas pris une ride. Les amateurs des groupes de Serrières (Uncommonmenfrommars, The Pookies et tout ce que la famille Follain aura touché de près ou de loin) ne seront pas perdus à l'écoute de cet EP, surtout au niveau des voix (les refrains sont bluffants, notamment sur "Without saying anything") et les autres passeront forcément un bon moment à l'écoute (et à la réécoute) de Little Box, si tant est qu'ils ne soient pas allergiques aux guitares et qu'ils aient quelques accointances avec les morceaux francs et directs. Franchement, ça méritait bien une chronique tardive. En tout cas, tu peux écouter le disque sur bandcamp (littlebox) et peut être qu'avec un peu de chance, tu pourras trouver un exemplaire du digisleeve à l'artwork soigné.