rock Rock > Les Suprêmes Dindes

Biographie > le Supreme NTM n'a qu'à bien se tenir !

La légende (certainement vraie) veut que le groupe se soit formé en 1994 suite à un passionnant truc d'entreprise où les gens se parlent. Dans le fond, certains décident de foutre le bordel et de le faire sur des scènes avec des gens devant eux qui boivent des bières. Les Suprêmes Dindes éclosent et si le nom est évocateur, son acronyme l'est au moins autant... Des répétitions, des reprises, des compositions, des concerts dans des bars, une K7, des démos... Le premier album officiel, Blanc de poulet, sort en 2002, l'aventure prend un tournant national et la basse-cour embrase la France. Bis repetita avec La Bûche en 2004, le bec à crête fonctionne, le succés amène de plus en plus de monde dans leur délire (effet Marcel et son Orchestre ?), le public mérite un live CD/DVD, ce sera La poutine en 2006. Aujourd'hui Martine (guitare), Joseph (batterie), Anne (basse) et Jacqueline (guitare et chant) nous pondent Femmes divines. Elles sont exquises et devraient faire un carton au Japon.

Les Suprêmes Dindes / Chronique LP > Femmes divines

supremes dindes : femmes divines Pochettes à l'envers / à l'endroit, effets miroirs, logo rétro (stéréo), idéogrammes, figures de l'hystérie, la douce folie des Suprêmes Dindes nous touche dès le livret et une fois la galette insérée dans le mange-disque, on aura du mal à se défaire de leurs chansons aussi collantes qu'un chewing-gum. Comme toujours Femmes divines est un disque pour faire la fête... Et que serait une fête sans ami ? Enregistré avec le duo Denis Barthe (batteur de Noir Désir) et Ted Genty (producteur de Noir Désir entre autres), elles ont invité pas mal de monde : Anne Colas et sa nerveuse petite flûte pour donner un coup d'accélérateur à "Les Femmes divines", deux copines pour chanter sur "Libertine", oui oui, la reprise du cultissime tube de Mylène Fermière (fais ici le lien avec les Dindes), Didier Wampas qui chante toujours aussi bien que moi sur "Toi tu parles des filles", Didier Super qui me fait toujours autant marrer pour "On sera mieux là", Mehdi Mihoub (de Hop Opanax ?) très drôle sur "A la recherche de l'hameçon" et des autres gens qu'on te laisse découvrir...
Rien qu'avec ça, y'a déjà de quoi passer de bons moments mais Les Suprêmes Dindes c'est plus que ça car même toutes seules, elles sont drôles et percutantes. Musicalement, c'est du rock enjoué, du binaire efficace même si on retrouve assez souvent les mêmes modèles ("Le camion", "Chien et chat"), quelque fois, le groupe se calme mais cela fonctionne moins bien ("La libellule")... Sur des rythmiques énergisantes viennent se poser des riffs qui font des étincelles et bien entendu des textes amusants (Avant pour moi, les filles c'était comme une surprise-partie, dés que j'allais les voir, surprise ! Elles étaient toutes parties) mais pas forcément dénués d'intérêt et de réflexion (Quand une télé s'éteint, un être s'éveille, encore sur "A la recherche de l'hameçon"). Textes amusants, petites histoires de la vie de tous les jours, attaques en règle contre le polissé et le politiquement correct... et de toute façon, même si (Jacqueline) dit n'importe quoi, personne ne s'en apercevra.
Et pout en finir avec Femmes divines, le batteur (re)prend le micro pour un chanter l'hymne ch'ti "Mon petit quinquin" ! T'appuies sur "play" maintenant ! Ok ? Allez !