rock Rock > The Last 3 Lines

Biographie > TL3L

Natif de Barcelone, plus connue pour son architecture, sa qualité de vie ou son club de football que pour ses groupes de musique amplifiée, The Last Three Lines est une formation d'indie-rock active depuis 2006 et qui livre ses premières enregistrements à compter de 2007. Une démo pour commencer, histoire de se faire la main puis un album l'année suivante avec You are deep forest, via Aloud Music (Nothink), les catalans se font peu à remarquer hors de leurs frontières régionales et tournent en première partie des Blood Red Shoes et même de Placebo en 2010. Entre-temps, ils livrent un EP (Crows, 2009), avant de s'atteler entre 2010 et 2011 à la fabrication d'un deuxième album studio. Intitulé These are "Visions from Oniria", celui-ci voit le jour en Europe au sortir de l'hiver 2012.

The Last 3 Lines / Chronique LP > These are "Visions of Oniria"

The Last Three Lines - These are "Visions from Oniria" En jetant un oeil sur le visuel et le packaging, au demeurant plutôt très réussi, de These are "Visions of Oniria" (déjà le titre...), on s'attend à un disque de space-rock psychédélique et plutôt orienté prog de la part des espagnols de TL3L. Une intro psychée/western pop-rock plus tard, le bien nommé ("Interlude"), et on est encore un train de se demander ce que nous réservent les barcelonais. La suite, typée "cosmic indie poprock" répond clairement aux interrogations ("Your bruising charm", "Visions of Oniria"), The Last 3 Lines pratique un rock très indie dans l'esprit, nappée de petites friandises mélodiques, quelques variations pop synthétique et ce petit truc en plus qui satellise l'auditeur sans l'air d'y toucher.

Malgré tout, le défaut récurrent du groupe se fait déjà ressentir dès les premiers titres, parce que si le groupe essaie de jouer à l'anglaise, il a un peu le même problème récurrent que nombre de groupes francophones quand ils s'essaient à la musique anglo-saxonne. A savoir la dilution de la personnalité sans pour autant atteindre l'intensité éclatante, la potentialité "tubesque" des britanniques ("Lonely parade", "Black sea"). Paradoxalement, c'est quand TL3L s'essaie à une musique plus folk/country/western évoquant les immensités désertiques du grand Ouest américain qu'il ("Sleepwalker") ou quand il joue la carte d'un space-rock psyché à la fougue contaminatrice ("Andromeda", "Absinthe minded"). Peu à peu, la musique de The Last 3 Lines gagne en corps et qualité de songwriting, si bien que "Trail of breadcrumbs" se révèle être une vrai pépite.

Un disque qui jongle donc avec les genres comme d'autres enfilent les perles et se révèle être un peu quelconque quand il cherche le tube indie-rock ("Paradigme of fools") et plutôt excellent lorsqu'il prend quelques risques et créé quelque chose qui lui soit plus personnel ("Ageless"). Bref, à vouloir faire "comme", on fait moins bien, en faisant différemment, on fait parfois mieux : sans doute une leçon à retenir pour le groupe et pour des milliers d'autres...