rock Rock > Landscape

Biographie > paysage

Landscape est le bébé de Guillaume de Chirac qui continue la musique aprés la dispersion de The Misadventures of ... en mai 2004. Il compose, place sa voix, sa guitare et s'occupe des parties claviers. Il s'est entouré de Steffen Charron (guitare et chant), Richard Cousin (basse), Cyril Tronchet (batterie) et de Leonard Mule (guitare, ingé son) et enregistre un premier album intitulé One, il sort en mars 2006 chez Square Dogs (distribué par Differ-Ant), le label qu'ils ont créé pour mieux développer leurs activités, en effet le groupe existe aussi sous le nom de Simple As Pop et propose une musique plus pop que post -rock...
Un nouvel album voit le jour en 2007 : With a little help from my friends.

Interview : Landscape, interview au cube (Landscape)

Landscape / Chronique LP > Landscape

Landscape - Landscape Landscape est redevenu simplement lui-même et n'a pas trouvé mieux que Landscape à mettre sur la double pochette de son nouvel album, éponyme donc. Le groupe n'a pas cherché l'aide de ses amis (Carp, Overhead, Arman Méliès, Syd Matters avaient laissé leurs empreintes sur With a little help from my friends) préférant se recentrer sur sa propre musique, ses propres tonalités, ses ambiances, ses paysages. Ils ont tout de même été un peu aidé pour illustrer leur joli digipak puisqu'ils ont choisi deux photos d'Elise Boularan pour leur concept de pochette au choix : une lande ou un sous-bois captés au polaroïd, à toi de voir de quel côté tu préfères ouvrir le disque, dans les deux cas, les images font davantage penser à des peintures qu'à des photographies, douces et calmes, elles sont une bonne porte d'entrée dans Landscape.
Si les instruments tiennent toujours une grande part dans la musique du trio, la voix de Nicolas est très présente et se remarque davantage que sur l'opus précédent qu'il partageait avec d'autres chanteurs, bien que parfois très aigüe, elle est particulièrement agréable, capable de bercer et de nous emporter sans forcer, parmi ceux qui sont capables de ce genre de prouesse, on pense inévitablement à Thom Yorke et Radiohead. En formation resserrée autour de leurs guitares, pianos, basse et batterie, les Landscape ont également mis de côté cuivres, cordes et autres instruments qui apportaient d'autres couleurs à leurs compositions, il en résulte un album bien plus homogène qui s'écoute comme un tout et non un assemblage de titres et d'aventures. La variété des ambiances est apportée par l'importance donnée soit aux claviers ("The great escape"), à une boucle enivrante ("Constant craving"), à l'absence de chant ("The hood"), à la batterie ("Free again")...
Même si les tempos restent très mesurés et que les guitares, acoustique ou électrique, sont assez en retrait, Landscape n'est pas un album somnifère mais plutôt une excellente musique pour des matins calmes, chaleureux, ces matins où on prend le temps de profiter du jour qui se lève sans se soucier du temps qui passe.

Landscape / Chronique LP > With a little help from my friends

landscape : With a little help from My friends Pour ce nouvel album de Landscape, Guillaume de Chirac ne s'est pas contenté d'intégrer ses amis de Simple As Pop, il a confié le micro à d'autres comme Benoît Guivarch (Carp) sur "Slow down" et "Someone else", à Nicolas Leroux (Overhead, Lodestar) sur "Born wild", et aux deux pointures que sont Arman Méliès sur "L'heure d'à coté" et Syd Matters sur "Someday". With a little help from my friends, letitre de l'album, prend alors tout son sens et ne fait plus uniquement référence à la chanson des Beatles devenu un des hymnes de Woodstock grâce à Joe Cocker... Fort logiquement, ces invités marquent de leur empreinte les compositions, le mariage des ambiances feutrées de Landscape et des timbres de ces chanteurs se fait dans la délicatesse même si Arman Méliès et Syd Matters vampirisent un peu les deux derniers titres, tant on a l'impression d'être arrivé sur un de leurs albums... L'intégration de Benoît et du style Carp se fait plus en douceur car ses contributions se mêlent à deux titres instrumentaux ("Lost in translation", certainement une référence au film, et "Parenthèse"). D'autres amis participent à l'album, ceux qui jouent du violon, du violoncelle, du trombone ou de la flute traversière, ces instruments apportent un peu (plus) de mélancolie à l'ensemble.
Le paysage qui se dessine est couvert de neige, c'est frais mais pas froid, les rayons du soleil rasent l'horizon dégagé, quelques nuages disloqués donnent du relief à l'atmosphère, une légère brise fait voler quelques feuilles encore vivantes. With a little help from my friends est paisible, l'incertitude et l'inquiétude sont chassées par le réconfort et le sentiment de ne pas être seul face à ce paysage pourtant assez peu humanisé. Sensations étranges, personnelles, peu rationnelles peut-être, dures à transmettre certainement, touchantes et émouvantes assurément.
Pour revenir sur terre et prés de chez ton disquaire, Landscape livre un album très calme où les instruments occupent une grande place sans être pour autant étiquetable "post-rock", qualifier l'opus de "pop" ne serait pas non plus une bonne idée, Landscape fait tout simplement de la bonne musique.