Senser - Heitham Al-Sayed Senser - Heitham Al-Sayed Je débarque pour la deuxième soirée au parc de la Cadoule, site verdoyant et étendu où se déroule donc ce What the Fest troisième du nom (malgré un GPS de google map complètement crétin qui me voyait en mode tank en plein débarquement en Normandie à vouloir me faire traverser les 40 hectares du parc par la face Est, comme si ma caisse avait des chenilles...). Ambiance détendue, et bonne gestion de l'espace pour les festivaliers comme pour les diverses activités de la journée (expos sur mai 68, stands de diverses ONG, batteries de foodtrucks plus biocopains que junk food). La soirée musicale commence avec un préchauffage de la scène par les jeunes élèves de l'école de musique Top Espace de Montpellier qui enchaînent quelques belles reprises de classiques rock. C'est toujours sympathique d'offrir un petit set sur une belle scène à des ados qui maîtrisent leur partitions.

La Phaze - Dammy Baluteau La Phaze - Dammy Baluteau Afous Afous prend ensuite possession du lieu. Ce trio ariégeois et toulousain aime le mélange des genres et des langues. Avec une musique electro rock agrémentée de quelques riffs métal traînants et circulaires, la chanteuse rajoute à cette convergence sonore un chant très varié, dans un mélange de langue française et arabe, entrecoupé de cris et autres onomatopées. Une musique complexe et indéfinissable, à l'instar d'[Ekova] qui en son temps avait su pousser très loin le concept de la fusion des genres.

Moins complexe dans sa musique et plus punchy au niveau des textes, c'est La Piéta, rappeuse/slameuse sur un fond de beats hip hop avec quelques pointes de punk. Résolument engagée, rageusement féministe, c'est du Virginie Despentes en mode audiovisuel. Ses textes bousculent les préjugés et La Piéta secoue le public, que ce soit par ses textes où ses harangues. Elle n'est pas là que pour dire "merci et bonsoir".

Avant comme l'on ne passe aux plats de résistances, le duo trip hop montpelliérain Töfie enchaîne quelques titres sur la "mini (mini) scène" pour nous faire patienter. C'est ce qu'il fera à chaque turn over sur la grande scène. Pas facile de faire un concert découpé en mode puzzle mais ils réussissent à créer une continuité sonore agréable à la soirée.

La Phaze - Arnaud Fournier La Phaze - Arnaud Fournier Et c'est un retour vers le futur avec l'arrivée de Senser. Plus de 20 ans de carrière pour ce groupe né en pleine période fusion et qui avait su trouver sa touche personnelle avec des samples électro, des riffs metal, des sonorités orientales et un couple aux micros : Kerstin Haigh pour la partie chantée et Heitham Al-Sayed pour un rap rapide et continu. Sur scène, le groupe prend toujours autant de plaisir, et si les musicos restent cloués à leurs place respectives, Kerstin et Heitham occupent l'espace et mouillent le maillot. Il y a de l'intensité dans les oreilles et sur la scène. Senser se régale, échange quelques mots en français, explique qu'ils auraient aimé faire des reprises pour rigoler mais leur temps de paroles est trop court pour prolonger le concert qui se terminera par le hit "Age of panic", un set intense mais trop court.

Si Senser a su chauffer le parc de la Cadoule, La Phaze termine cette deuxième soirée avec la volonté de faire monter encore la température. Après une pause de 6 ans prise après le quatrième album Psalms and revolution, La Phaze revient avec toujours la même énergie, et nous propose de revisiter sa discographie. Les membres fondateurs Arnaud Fournier à la guitare au Dammy Baluteau sont rejoints par Speaker Louis pour la tournée 2018, qui a lui aussi bouffé du speed avant de monter sur scène. La Phaze a toujours livré des live chaud patate, et c'est toujours le cas. L'explosivité et la scène a toujours été dans leur ADN, et comme dit Dammy, ils savent trouver le bon "riddim". Le set list enchaîne les bastos ("Assaut final", "Nouveau défi",...) seule "La langue" viendra apporter une petite séquence plus calme. Quelques nouveaux titres sont proposés dont "Avoir 20 ans" actuellement joliment clippé sur le web. Mais c'est encore sur scène que l'on espère entendre La Phaze "Avoir 20 ans". 20 ans de carrière, 20 ans dans la tête et l'avenir encore devant soi.