Né courant 2007 du côté de Stavanger en Norvège, Kvelertak connaît rapidement une trajectoire que l'on qualifiera de météoritique au sein d'une industrie du disque pourtant en pleine déconfiture. Une première démo quelques mois après sa naissance et déjà le sextet venu du froid se fait remarquer, essentiellement dans son pays natal d'abord, mais ce qui lui vaut de signer chez le jeune label qui va monter quelques années plus tard sur la scène européenne : Indie Recordings (Shining). En 2010, éponyme, le premier album du groupe voit le jour et son cocktail hard-rock vs hardcore-punk vs black metal fait instantanément mouche et claque un disque d'or (15,000 copies écoulées rien qu'en Norvège) en quelques mois. Si bien que ledit effort trouve sans souci une distribution outre-Atlantique par le biais de The End Records et de devenir la grosse côté européenne en matière de crossover du hard (mais pas que) doublé d'une cash-machine qui fait sauter la banque.
Deux ans plus tard, devenu définitivement "bankable", Kvelertak signe chez le poid-lourd passé dans le giron d'une major : Roadrunner (qui appartient à Warner Music) et met la touche finale à son deuxième album long-format, Meir, lequel fracasse les bacs au printemps 2013.