K-Lizeüm  - Libère le bizarre Ce premier album de K-Lizeüm, Libère le bizarre, est sorti en 2018, donc oui, on est un poil à la bourre pour la chronique... Mais c'est ce genre de disque qui, quand on le survole, nous fait dire "c'est pas mal mais je ne vais pas non plus le mettre au-dessus de la pile car j'ai d'autres trucs mieux à faire avant". Et donc il traîne dans le tiroir à "disques à chroniquer un de ces jours", et honnêtement, je pensais que, comme de nombreux autres, il finirait par rejoindre mes autres CDs sur les étagères faute d'avoir trouver le temps d'en parler un peu. Et puis il y a eu le confinement et plein de minutes gratuites, ces minutes où tu aurais dû être au boulot, sur la route, en week-end, en concert ou je ne sais où et en fait, bah, t'es juste chez toi à te demander comment tu vas pouvoir occuper ta journée... Et comme la jolie pochette de K-Lizeüm continuait de me taper dans l'œil, la galette est passée sur le billard. Et si je suis à la bourre pour l'article, le groupe est à la bourre dans son style car si les Belges mélangent un peu tout, l'impression générale renvoie à une sorte de fusion néo-métal/rock alternatif chanté en français qui était plutôt en vogue il y a 20 ans. La qualité du son, du digipak, le soin apporté aux compositions laissent penser qu'ils ne font rien au hasard et que ce disque est un réel aboutissement. Pourtant, il y a un paquet de "détails" qui montrent que le combo, s'il veut franchir d'autres étapes, doit encore pas mal bosser. Parce que je veux bien qu'ils jouent sur le "bizarre" mais quand on claque un artwork aussi intriguant et travaillé, il est interdit de le saborder avec des dessins de collégiens quand ou ouvre le digi', respectez un peu votre charte graphique, bordel ! Que les influences soient multiples dans la musique, pourquoi pas, mais se ridiculiser en mode village people dans le livret, quel intérêt ? Vous aviez peur qu'on vous prenne pour des méchants ? C'est vraiment dommage car le paraître casse un peu le sérieux du disque et notamment de ses textes, tous en français et très clairs, il faut, à mon sens, faire la part des choses, on peut envoyer du riff gras et distordu et ne pas déconner avec la musique sans passer pour des brutes épaisses et froides, le côté "déconne" des membres du groupe n'a pas besoin de s'afficher ici. Côté zic, il serait bon aussi de faire un peu le tri et de calmer un peu le bizarre ou tout au moins de mettre de côté certaines parties qui dénotent un peu à côté d'autres pour ne pas perdre l'auditeur inattentif (pourquoi ne pas faire deux morceaux avec le seul "Oracle" ?). Depuis 2018, le groupe a sorti un nouveau maxi et se prépare à remonter sur scène, pourquoi pas avec Unswabbed avec qui ils proposeraient un joli plateau...