jneb : tout n est pas rose JNEB aime jouer, avec les mots, les histoires, les crayons, les instruments, les femmes... Celle de son personnage central, celui qui est le "je" de son album s'est fait plaquer pour infidélité, Rose n'a pas aimé qu'il se fourre dans les sales draps de "Saralou", depuis la vie n'est plus rose et se vit sans Rose, la déprime l'amène chez un dealer qui ne lui pas fait oublier son héroïne... Pour oublier, notre homme s'en va chercher d'autres corps et à chaque nouvelle conquête, on a le droit à un nouveau titre. Ce défilé nous promène en français, mais aussi en anglais et en espagnol au gré du vent et des ambiances, comment penser que "Hillary" ou "Kate" s'expriment en français ou que "Juanita" ne parle pas l'espagnol ? A chaque fille son climat, sa température et un style qui change, pour renforcer certaines atmosphères JNEB n'a pas pris le 50/50 ou fait appel au public, il a demandé à des amis de passer. Ainsi les Carving (et Skip The Use) ont prêté leur batteur et leur bassiste, Jibé s'est échappé avec Bidingue de Marcel Et Son Orchestre pour jouer un peu de guitare et de synthé (organe souvent bien tenu par Marchmaninov de Costa Gravos), Daddy (La Ruda) a ramené sa trompette et une jolie ribambelle de demoiselles sont venues lui donner la réplique comme par exemples Lena (Lena Deluxe) ou Cécile (Les Suprêmes Dindes). Après le punk et le rock festif qui accompagnent les différentes ... compagnes, "Yasmina" et "Sheherazade" sont deux plages instrumentales avec des sons arabisants, on retrouve Rose et quelques textes avant que JNEB ne se taise pour laisser s'exprimer les machines et un piano romantique.
Tout n'est pas rose plaira certainement aux amateurs de punk-ska-rock festif, le ton léger, les écrits très parlants et la bonne dynamique pourront plaire à tous les autres.