Jimm - Distorsion cérébrale Bière ambrée ou triple fermentation ? Uppercut ou high kick ? Beurre doux ou demi sel ? Rock ou metal ? La vie est une question de choix, qu'ils soient futiles ou primordiaux. Pour son troisième LP, Jimm avait le choix entre faire album de rock français ou de metal. Eh bien il a préféré n'en faire qu'un, en empruntant au rock français, la tessiture vocale d'un Bernie Beauvoisin ou d'un Mouss pour balancer des textes plus ("Big brother") ou moins ("Ton blues dans la peau") rageux ; et pour la bande musicale, c'est du bon riff métal, à la Therapy? ou à la Papa Roach, deux groupes que Jimm cite comme inspiration. La langue française n'est pas facile à électriser et peu de groupes nationaux s'y tentent. Et c'est dommage, car pourquoi ne pas essayer d'accorder la puissance de l'écriture à la française avec celle du rock et du métal ? En reprenant "La chanson de Prévert" en version punk rock et par extension à l'écoute de Distorsion cérébrale, Jimm en fait l'indéniable démonstration. Une preuve ? Check donc "La haine" sur le bandcamp de l'artiste, et on en reparle après.