Rock Rock > Jade

Biographie > Jade dort

Jade est un quatuor lyonnais œuvrant dans un trip-hop influencé par celui d'outre-Manche, né dans l'année 2003. Rémi (guitare, composition), Jean-Pierre (basse, programmations) et Olivier (batterie) conjuguent un univers sonore riche en orchestration et en tempos envoûtants avec la voix sensuelle de Laëtitia Mosca. Après un premier essai de 4 titres, intitulé Fresh air, en 2004 et un prix de la "Découverte lyonnaise 2007", Jade, rejoint par Olivier entre temps, sort en octobre 2008 son premier album Analogic chez Z Production. Le groupe est parti défendre sur scène son opus aux États-Unis et au Canada et est actuellement en tournée en France. [  [fr] Z Production: Label (225 hits)  External  ]

Jade / Chronique LP > Analogic

jade analogic Jade : un prénom connu, pas si commun que ça et qui a tendance à charmer. Cette réflexion colle bien aux lyonnais. Ils pratiquent un certain genre de trip-hop, style musical hybride reconnu avec ses grosses pointures (Massive Attack, Portishead, Morcheeba, Hooverphonic, DJ Shadow...), ne sont pas encore popularisés (est-ce bien là leur but ultime ?) mais leur son a un coté charmeur indéniable. Avec leur premier album (un maxi de 4 titres a vu le jour auparavant), Analogic, Jade a tout mis en œuvre pour plonger son auditeur dans un espace de quiétude à travers une voix frêle en langue anglaise posée sur des orchestrations diverses et raffinées. Pour se mettre dans le bain, l'album attaque avec "Caroussel", une introduction commençant par la mélodie d'une boite à musique pour bébé, recouverte progressivement par un amas sonore de violons et se laissant mourir sur le début de "Ready". Comme s'il s'agissait d'une invitation à un voyage de près d'une heure. Évidemment, Jade ne réinvente pas le genre mais puise ses inspirations dans la musique née à Bristol. Pas totalement créé avec des instruments, pas non plus totalement électronique, Analogic virevolte dans les sonorités et les rythmes. Les ensembles de cordes sont fortement présents sur le mid-tempo proposé par les lyonnais. Les accords de guitares bourrés d'effets se lâchent succinctement, des petits phrasés par-ci par-là accompagnent la boucle rythmique. Les parties de violons, plutôt bien exécutées (jugez avec l'interlude "Butterfly"), donnent, avec les nappes de synthétiseur, cet effet aérien tant recherché dans le trip-hop (la magnifique "Woman's medecine" en est d'ailleurs un parfait témoignage et nous replonge dans les vieux Portishead). Jade incorpore d'autres éléments tels le darbouka ("Woman beat box", "Woman's medecine"), le piano ("Sacrifice") ou les samples de voix et d'ambiance. Le tout ne serait probablement rien sans l'apport vocale de Laëtitia Mosca. D'une sensualité à toute épreuve, sa voix jouxte entre celle de Beth Gibbons (Portishead), Anja Øyen Vister (Flunk), Björk et plus rarement Alanis Morissette (où on est à la limite du plagiat sur "Amazing feeling"). Au final, Analogic n'est pas qu'un disque de trip-hop (on est quand même loin de Massive Attack et de certains de ses beats tranchants), certaines chansons côtoient même la mouvance lounge. Mais peu importe le genre, le résultat est là : ça a le mérite d'être bien fait et on ne pourra le reprocher à Jade.