rock Rock > Iron Tongue

Biographie > Langue de potes...

Originaire de Little Rock (Arkansas, USA), Iron Tongue est une formation à géométrie variable formée autour de Chris Terry (Rawke) qui a passé ces premières années d'existence à arpenter les clubs du Midwest, en compagnie notamment de Black Tusk, Crowbar,High on Fire ou Scott Kelly, pour diffuser un southern-rock teinté de soul-blues qui rappelle le proto-rock de Blue Cheer et Grand Funk.
En 2012, le groupe enregistre un premier album, The dogs have barked, the birds have flown (en compagnie de Billy Anderson - Melvins, Neurosis, Sleep), qui sort au printemps de l'année suivante via Neurot Recordings (AmenRa, Neurosis, Ufomammut...).

Iron Tongue / Chronique LP > The dogs have barked, the birds have flown

Iron Tongue - Th dgs have barked, the birds have flown Enième sortie très classe - c'est décidément une excellente habitude - en provenance de l'écurie Neurot Recordings (Across Tundras, Neurosis, Ufomammut, US Christmas...), Iron Tongue est donc le projet southern-rock/soul-blues du leader de Rwake qui renvoie aux grandes heures d'un proto-rock désenchanté, baladant sa mélancolie douloureuse le long des immenses plaines d'Amérique à la manière d'un Blue Cheer des temps modernes. Et dès les premières secondes d'"Ever after", le groupe envoie dans les enceintes un rock lancinant et habité explorer les profondeurs de son âme, en mode effleurant les contours d'un doom pesant, exhalant le regret, le chagrin avec quelques réminiscences old-school plutôt inspirés (merci les claviers).

Étrangement, là où l'on aurait pu se dire qu'Iron Tongue ne fait que du neuf avec du vieux (ou l'inverse d'ailleurs), le groupe fait les deux et sur un socle particulièrement balisé réussi à faire naître des émotions brutes... bien aidé en cela par un groove stoner burné et des mélodies savoureusement éraillées ("Witchery"). Mais va surtout plus loin, artistiquement parlant. Notamment sur la ballade crépusculaire "Skeleton" où les Américains mélangent (hard)rock solaire et grunge ténébreux avant de se plier au traditionnel petit exercice country pour un groupe de ce genre-là, sauf que cette fois-ci assaisonné à la sauce southern-rock qui enflamme les amplis ("Moon unit"). La réussite est incontestable et le groupe enchaîne avec un "Lioness" qui prend tout son temps (le morceau dure quelques 8'40) pour faire exploser son climax émotionnel à la face de l'auditeur.

Là où 99% des groupes de sa catégorie se livrent à un concours de riffs (le plus tranchant, le plus nucléaire, le plus écrasant), Iron Tongue a eu l'intelligence et accessoirement le bon goût de privilégier l'intensité de son propos, la recherche de l'émotion primale à tout le reste, sans oublier d'emballer ça avec des instrumentations finement ciselées et un feeling classieux mais moderne ("7 days", "Said n done"). Sans jamais se départir d'une excellence rare qui transpire à chacun des sept pièces que compte ce The dogs have barked, the birds have flown logiquement très classe.