rock Rock > Ilis

Biographie > Ilis

Muse n'a pas fait que des conneries sur scène puisque c'est après un de leurs concerts que Virginie décide de franchir le pas et de monter un groupe pour qu'elle aussi, un jour, elle soit sur scène avec une guitare et un micro... En 2002 elle rencontre Fx qui joue de la batterie, Ilis est né, ils trouvent d'autres zicos pour renforcer le combo (aujourd'hui c'est Jérémy à la guitare et Romain à la basse) et composent puis animent quelques soirées dans des rades franciliens. En 2004, ils ont assez d'économies pour sortir un premier EP (6 titres) et décrocher la première partie de Seether (mais si le groupe sud-africain de simili grunge qui voulait surfer sur la vague Nickelback). Le nom circule pas mal, le groupe aussi, il étend son rayon d'action et fait même dans le caritatif en ouvrant pour Killerpilze (un sous-Tokio Hotel croisé avec Sum 41), les têtes d'affiche ne sont pas glorieuses mais le groupe touche à des grandes scènes et le public, c'est tout ce qui compte, en septembre 2009, ils délivrent leur premier opus Sex, love & rock n'roll, derrière les consoles on retrouve du lourd avec quelques pros du gros son : Sylvain Biguet à la prod (Down To Earth, Parween, Hard Off Hearing, Mel Team Plugs, Leto, Klone...), Fred Duquesne au mix (Watcha, Mass Hysteria, Eths, Empyr, Nihil, Tripod, Sikh...) et JP Bouquet au mastering(Masnada, Tripod, X-Vision, Monsieur Z, Nedgeva, Le Noyau Dur, Klone...) !

Ilis / Chronique LP > Sex, love & rock n'roll

Ilis - Sex, love & rock n'roll Une touche d'un rose féminin dans un monde en noir et blanc avec une guitare et une chanteuse guitariste un peu dénudée mais qui n'a pas l'allure d'une garce, sur son bras droit "sex", sur son ventre "love" et sur son bras gauche "rock n'roll", le tout est non pas une ode à la scarification mais plutôt au bonheur naïf et adolescent, on croit encore plus à l'amour qu'à la drogue et que le rock s'accompagne forcément de sexe... En tout cas c'est ce que pense certainement l'héroïne du titre éponyme qui rêve d'être une star internationale et suit l'élan de son coeur sans penser au lendemain. Cet album, c'est aussi le rêve d'une adolescente qui devient réalité alors qu'elle est adulte, et oui, dans le rock rien n'est simple et il faut savoir être patient, Ilis est donc bien plus mâture que ses titres destinés à des ados mais qui sont musicalement plus sérieux que ceux proposés par les groupes qui font connaître aux demoiselles leurs premiers émois (et oui, je peux citer les Jonas Brothers, merci le petit journal de Canal+). Car si les textes sont radiophoniquement corrects et un peu plus évolués que ceux d'Anaïs ou Coeur de Pirate, même si je l'accorde, c'est difficile de faire plus con ou plus bateau, c'est davantage les guitares qui peuvent toucher les auditeurs plus exigeants qui espèrent trouver davantage d'honnête sueur dans la galette que de petits gribouillages option "carnet secret". Les guitares goûtent donc parfois à la distorsion tout en restant très accessibles et présentables ("Je marcherai", "Le bonheur"...), dans ce registre où Ilis reste sagement dans les clous du rock, je préfère écouter les titres les plus calmes de MyPolluX, le groupe est plus à l'aise avec la pop et la douce voix de Virginie est mieux accompagnée par les sons chaleureux de l'acoustique ("Sauver nos rêves"). Les titres plus arrangés avec des tempos pop sont nettement plus adaptés au côté fleur bleu, ils sont aussi plus crédibles et sonnent donc mieux ("Debout", "Si peu de temps"...).
Ilis assume sa pop rock pour adolescentes et s'en sort avec les honneurs dans un style si facilement critiquable. Le groupe ne semble pas animer par des intentions mercantiles et soigne ses compositions, cherchant à les pimenter avec un vent rock n'roll, attitude louable et encourageante, si toute la production teenage rock pouvait en prendre de la graine...