On va tout de suite éviter les lapalissades foireuses du style iliKETRAINS "ils ont un super tourbus" ou "ils ont trouvé un moyen plus rapide de tailler la route" pour se concentrer sur les origines du groupe. Lesquels démontrent que cette formation anglo-saxonne n'est pas trop du genre rapide puisqu'après s'être musicalement unis en 2003 du côté des voies ferrées de la banlieue de Leeds, Guy Bannister, Alistair Bowis, Ashley Dean, Simon Fogal et David Martin ne font leurs premières armes discographiques qu'en 2005 avec un maxi intitulé Stainless steel et limité à 500 exemplaires. Quelques autres sorties suivent assez rapidement, des vinyles 7'' tous aussi limités (Before the curtains close, A rook house for bobby, Terra nova) mais ceux-ci permettent au quintet de touver un label pouvant héberger leurs futurs efforts. Ce sera Talitres Records (Red Jetson, Clogs, The Wedding Present) chez qui iliKETRAINS, qui a la particularité de jouer sur scène vêtus de vieux uniformes de cheminots anglais, sort Progress reform au mois de mai 2006. La critique est élogieuse, le groupe tourne notamment aux côtés de Red Jetson ou ¡Forward, Russia! et acquiert alors une réputation nationale démontrant au passage que l'on peut parfois être prophète en son pays... Peu à peu, iliKETRAINS change de statut et entre désormais dans la dimension des groupes estampillés "post-rock" qui montent et confirme ce nouveau statut en signant chez Beggars Banquet (Oceansize, Biffy Clyro, The National), chez qui sort, à la rentrée 2007, le deuxième effort des cinq anglais : Elegies to lessons learnt.