HSE en live HSE en live Que s'est-il passé depuis le printemps 2003 et The smell of horses (The complete studio sessions, 2001-2002) ?
L'air de rien, il y a beaucoup de choses qui ont bougé, pour la France, c'est pas évident de le savoir mais il y a eu une longue période entre la sortie suisse et la sortie française de The tiger flamboyant. On a enregistré l'album au printemps 2004, on l'a sorti en Suisse début 2005 et on a pris le temps de trouver un label avec lequel on avait envie de bosser et qui avait envie de bosser avec nous sur cette sortie française. Etant donné la situation du disque actuellement, c'est compliqué et on n'avait pas envie de s'engager n'importe où avec ce deuxième album. On a tous eu plusieurs groupes et on n'a jamais dépassé le stade du deuxième album, là c'est fait, on a donc pris notre temps de trouver le bon label, entre les deux, on a beaucoup joué en Suisse, on a beaucoup tourné les six premiers mois de 2005, même si on fait vite le tour de notre pays... Et cerise sur le gateau, on a fait le festival de Jazz de Montreux cet été en première partie de Queens Of The Stone Age, c'est ce qui pouvait nous arriver de plus cool pour boucler ce premier chapitre. Maintenant l'album sort en France le 16 janvier...
Il sort chez Athome, c'est un choix qui est évident pour vous, ça l'était pour eux ?
Il faudrait que je leur demande ! Ca doit l'être puisqu'ils l'ont fait (rires), ils ont pris le temps de venir nous voir, Olivier a été trés clair hier, ils ont toujours signé des groupes qu'ils ont vu en live et ils sont venus nous voir en concert pour nous juger sur scène aussi. On est à l'aise en studio mais également sur scène même si c'est deux choses différentes. Personnellement, je pense que notre musique sonne assez différement en live que sur l'album, Athome a vu un concert, ils ont trouvé ça chouette, ils ont pris la décision. En même temps on a du trouver un tourneur, Sriracha, qui va nous faire jouer en France. On en a discuté hier soir, on a les mêmes goûts sur pas mal de choses, comme sur l'humour, il y a une assez bonne entente. Au niveau humain, on s'entend bien, musicalement ils se sont dits qu'il y avait des choses à partager...

Et Sriracha s'entend bien avec Athome... Vous allez jouer avec Aqme à l'Elysée Montmartre, encore une grosse date mais les gens qui iront ne seront pas forcément fans de Houston Swing Engine...
Même pas du tout, malheureusement, on n'est pas encore assez célèbres en France pour ça, j'ai quelques a priori sur le néo-métal, je sais que Houston Swing Engine n'est pas un groupe qu'on classifie facilement, je ne sais pas quelles seront les réactions du public. Ils attendent un certain type de son, un certain type de musique, ils vont nous voir débarquer en première partie, j'espère que ça va bien se passer. Par expérience, je sais que dans les soirées annoncées très métal, il y a beaucoup de fans de Soulfly et de Slipknot dans la salle et on nous trouve trop rock'n'roll, on n'a pas le son métal, on n'a pas une attitude métal sur scène, on a plutôt une attitude à la Transnegative ou de DiscorD, des groupes plus estampillés dans cette scène là. En même temps, les fans de rock'n'roll nous trouvent trop extrêmes parce qu'on a un gros son et que Danek gueule beaucoup... C'est un point commun entre les différents groupes qu'on a eu, on n'a jamais été pleinement dans "une cible".

Là, Danek rapproche plus son chant d'Unfold qu'auparavant, je pense à "Evil clutch" qui aurait pu paraître sur un album d'Unfold...
Ouais... Je l'ai pas vu sous cet angle car pour moi c'est Unfold c'est du métal hard core qui tournait un peu vers le Isis dans les dernières productions, y'a un aspect plus nerveux qu'Unfold chez nous, les morceaux teigneux sont assez courts et on essaie d'avoir un équilibre entre du groove, comme le premier titre qui pose une ambiance, et des morceaux plus secs et teigneux, plus punky.
Oui, c'est toujours très rock avec aussi pas mal d'humour et de fun ce qu'on ne trouvait pas forcément chez les autres... Tu peux parler des titres des chansons, c'est comme un petit jeu ?
Pour répondre à ta question indirectement, le premier album avait atterri chez John Peel qui l'a fait écouter dans une émission où il recevait Mogwaï, il avait demandé leur avis et n'avait pas eu de réponse tranchée sur la musique mais le guitariste de Mogwaï avait adoré les titres de nos morceaux, il était mort de rire avec "Gay rodeo" ou "Brian Molko vs Nigel Tufnel" ... On a un côté fun et il n'est pas du tout dirigié, c'est du délire pas bête et méchant, Danek pourrait l'expliquer mieux que moi mais à mon avis, à lui aussi, ça lui échappe ! Dans la dimension poétique et littéraire de ses textes, il y a certains clichés... Mais je ne voudrais pas parler à sa place, je ne crois pas qu'il accorde beaucoup d'importance à ses textes, nous non plus, la voix est un instrument parmi d'autres. On n'est pas un groupe à chanteur, on n'est pas un groupe avec un leader, on est 4 musiciens... La voix intervient en dernier dans la composition comme les titres, on joue souvent les morceaux sans savoir comment les appeler, Danek apporte les titres quasiment au moment du pressage de l'album, ça fait partie du fun...
Et il n'y a pas de "vs" sur cet album, pas de combat, il y avait eu "Tom Selleck vs Jimi Hendrix" sur le Greatest hits...
(rires) Non, on a décidé que les références étaient suffisament perceptibles dans la musique pour ne pas tendre la perche trop en avant... C'est vrai que sur le 4 titres, il y avait un côté clichés qui était revendiqué, on avait laissé passé un an aprés Shovel et on allait au local de répète pour faire du stoner, Danek est venu au bout de quelques mois, avec sa voix bien teigneuse plus hardcore on a dit "on va voir ce que ça donne", ça a donné un premier 4 titres avec une pochette clichée où on se met en scène façon seventies... Les titres gags des débuts sont beaucoup moins évidents maintenant qu'on s'est tous retrouvés concernés par le groupe, c'est devenu une priorité, au départ Danek chantait dans Unfold, maintenant l'album est pas forcément plus sérieux mais plus abouti, l'humour est là encore mais les clins d'oeil sont moins évidents, on les souligne moins, on joue moins ce jeu-là.

HSE est devenu un vrai projet et pas seulemnt un espace de fun...
Oui, c'est aussi avec le nouveau bassiste depuis l'an dernier, au niveau des nouvelles compos, on le sent bien aussi, on est plus dans l'esprit de ce qu'on ressentait au moment de Shovel, on prend vraiment plaisir à faire ce qu'on fait, on a toujours pris du plaisir à jouer mais on a plus confiance dans notre musique. Au début, on se cachait un peu derrière le côté gag...

Houston Swing Engine : The tiger flamboyant L'album sort en France en janvier, quelles sont les attentes vis-à-vis de la France où vous êtes encore peu connus ? Là, vous avez un bon label, un bon tourneur, un gros concert d'entrée de jeu, vous visez le top50 ? (rires)
Le top 50, non (rires), avec le temps on a appris à être réaliste, je n'y crois pas et je n'ai pas envie de jouer le jeu du groupe "peut-être que si tel producteur et dans la salle et que je fais ce genre de chose et que je me fringue comme ceci et si je fais un single, je passerais peut-être à la radio...". On a jamais été dans ce trip là, on a pu avoir des utopies à un moment donné, peut-être que ce morceau pourrait être un succés radiophonique mais là, avec Houston Swing Engine on sait ce qu'on vaut, on sait que le type de musique qu'on fait ne passera jamais sur Europe 2 ou NRJ. Notre attente, c'est juste de vendre un maximum d'albums aux gens que ça intéresse, quand tu sais qu'un Lofo vend 25 ou 30.000, nous, si on vend 5.000 albums ce sera bien. Et si Athome a des ambitions sur le truc, nous on n'a pas d'attente style "c'est le début de la gloire", on est trop vieux pour ça ! Et les structures économiques actuelles en France font que si tu veux garder ton intégrité, tu dois accepter ton statut d'indépendant, tourner dans un certain réseau, toucher un certain public. J'ai vu un poster de Vegastar tout à l'heure, je connais pas leur musique mais on m'a dit qu'il y avait des gars de Brent, j'ai rencontré Brent à l'époque de Shovel, leur musique était cool mais je les vois sapés comme ça... Faire ce genre de compromis, non, j'ai pas envie de tomber là-dedans, eux ont l'impression de faire du rock et pour faire du rock à la radio il faut forcément faire ce genre de guignoleries. Croire que tu peux faire du rock teigneux et avoir ta place dans le système main-stream, c'est une hérésie totale, c'est une utopie, c'était peut-être possible il y a 15 ans mais là, c'est fini.

Vous allez aussi sortir en Angleterre
Oui, sur un petit label, les enjeux sont encore moins importants, c'est juste une distrib, si on vend 200 albums on sera content. On y va pays par pays, dans chaque pays on essaye de développer le groupe. Avec la France on a toujours eu un bon feeling que ce soit avec Eastwood ou avec Shovel. L'Angleterre c'est un pays à part, pour les non anglais, c'est difficile d'y entrer, on est content d'être distribué là-bas mais on ne se fait pas d'illusion sur la force de vente là-bas ...

Il n'y a pas de single pour la radio mais il y a tout de même un clip avec peu de moyen et beaucoup de talent, tu peux nous parler de cette animation de découpage-collage sur "Tongue runner" ?
C'est Richard Charrier, un pote qui est derrière l'histoire de toutes nos pochettes, il a un atelier de graphiste indépendant à Genève et c'est un bon copain et aussi un fan de Houston Swing Engine. Il nous a dit avoir envie de tourner un clip, nous on avait maximum 500 euros pour ça, on n'a pas de sous et il a trouvé un truc. Nous prendre en photo, les découper et les mettre sur des baffles d'amplis, il a fait des bons trucs. C'est une démarche intelligente avec peu de moyens, il a des idées, le clip a tourné un peu sur la télévision suisse-romande, on l'a donné à Athome qui va essayer de le faire tourner sur les télés en France, on verra ce que ça donne. C'est un clip vraiment chouette mais il est loin d'avoir les moyens des gros clips qui passent sur les chaînes musicales. Les gens intéressés peuvent le voir sur notre site houstonswingengine.com.

Vous avez un site mais aussi un MySpace avec 4 titres de l'album, le net c'est un média important ?
Je t'avouerais que je bosse beaucoup, je suis journaliste en Suisse et je bosse sur le net tout le temps, professionnellement, c'est donc un media important pour moi mais pas du tout en terme de loisir et de culture. Peut-être que je passe trop de temps dessus professionnellement, quand je rentre chez moi, je n'ai pas envie d'être sur internet et d'aller surfer à la recherche de nouveaux groupes ou de bons sites... C'est un support de promotion mais le groupe n'existe pas au travers d'internet, ce n'est pas une fin en soi, certains groupes voient ça comme ça, ils vendent leur musique sur internet, ils travaillent à 80% avec le net, pour nous, c'est juste une vitrine et un moyen de garder le contact avec le public, pour ça c'est idéal. Des fois on se fait engueuler sur les forums, des gens disent qu'on ne tient pas assez le site à jour... On le met à jour tous les 2 mois à peu prés et on n'y passe pas beaucoup de temps, c'est vrai...