hermano live artwork Parce que Only a suggestion était l'apéritif, que Dare I say est un plat de résistance particulièrement épicé, il était indispensable qu'Hermano nous serve un dessert à la hauteur de ses précédents méfaits. C'est maintenant chose faite avec ce Live at W2, premier album live du combo de John Garcia et Dandy Brown.
Au programme de ce concert enregistré à Den Bosh aux Pays-Bas, pays d'origine du label d'Hermano, Suburban Records, une set list tout simplement fabuleuse. On pouvait s'y attendre, le groupe a bétonné son live en alignant l'un après l'autre tous les meilleurs titres de ses deux premiers albums. Mais là, c'est comme dans un rêve, on se met en jambe avec un "Cowboys sucks" avant que les "frangins" de John Garcia aligne les tubes avec une effrayante régularité et maîtrise formelle sidérante : "5 to 5", "Life", "Landetta"... le son est absolument est monstrueux, sans doute un peu moins lourd et gras que sur les albums mais en même temps, plus "in your face", plus brut et direct que d'ordinaire. La batterie claque comme jamais, le son de basse se fait peut-être un peu plus discret qu'à l'accoutumé, mais c'est pour bien laisser s'exprimer les guitares, qui s'offrent quelques solos ultimes ("Alone Jeffe" ou l'énorme "The bottle")
Les Hermano, John Garcia et Chris Leathers en tête sont au sommet de leur forme et prennent apparemment un plaisir fou à distiller leur stoner rock groovy à mort et efficace à souhait. Furieusement jouissif ! Au rayon surprise, c'est un certain Olly Smit, guitarise/ bassiste des ex-doomeux néerlandais de Celestial Season qui vient tenir la gratte aux côtés de l'immense Dave Angstrom. Tâche délicate, c'est rien de le dire, mais dont le nouveau venu, s'acquitte, au final, fort bien.
Un album live après seulement deux albums, ça aurait pu paraître un peu curieux, tout du moins pour tous ceux qui attendaient le successeur de Dare I say, mais au vu de la qualité de la performance proposé par les Hermano, on se doit de le reconnaître, ce live frise sans cesse la perfection et se révèle absolument indispensable pour tout amateur de stoner qui se respecte. La (très) grande classe.