Hella : Hold you horse is Premier opus du duo Hella, on ne peut pas dire que Hold your horse is débute comme on aurait pu s'y attendre. "The delkan", intro composée de samples éléctro qui semblent extraits d'un jeu vidéo, s'avère franchement dispensable et ne met pas vraiment l'album sur de bons rails et c'est plutôt avec des réserves que l'on attend la suite.
"Biblical violence" puis "Been a long time cousin" mettent les choses au point, l'intro n'a semble-t-il rien à voir avec le reste de l'album. Enchevêtrement de riffs signés Spencer seim et de ruptures de rythmes impressionnantes à la batterie, ces deux morceaux sont à couper le souffle. C'est à une véritable démonstration de force et de maîtrise formelle que l'on assiste, "Republic of routh" est à ce titre symptomatique de la performance hors du commun de Zack Hill derrière les fûts. Inventif, ultra-rapide et d'une précision hallucinante, le batteur assure comme s'il s'était fait faire greffer un ou deux bras supplémentaire. Une sacrée leçon de frappe sur la caisse claire.
"Ghost dance", "Brown metal" puis "Cafeterias bananas" s'enchaînent à la vitesse grand V, sans jamais que la virtuosité technique ne prenne le pas sur la volonté d'innover en proposant quelque chose de radicalement différent de ce que font en général les duos rock (un bémol néanmoins pour "Brown metal" qui a tendance à être un peu brouillon à la longue...).
"City folk sitting, sitting" le confirme, tout cela ne serait qu'un brillant exercice de style, passionnant au départ, mais forcément répétitif et ennuyeux à la longue si Hella ne faisait pas montre de véritables velléités mélodiques évidentes.
"Better get a broom !" titre final de ce Hold your horse is est sensiblement du même tonneau, du rock puissant joué avec une maestria technique rare mais également avec un vrai talent de composition. Que demander de mieux ?