Rock Rock > Héliport

Biographie > Heliport, un groupe qui transporte...

Les Héliport sont de Rennes, sont composés de Florient (guitare), Ghislain (basse&chant), Eric (batterie), Jean-François (chant), Régis (guitare). Après un premier split avec Alaska Pipeline en février 2007, le groupe sort son premier album (Désarroi esthétique) en janvier 2011 via Hip Hip Hip.

Héliport / Chronique LP > Désarroi esthétique

Héliport - Désarroi esthétique Héliport, Héliport, ça doit te dire vaguement quelque-chose puisqu'ils ont partagé un split avec les Alaska Pipeline, groupe que l'on aime particulièrement ici-bas et dont on t'a parlé dès que l'occasion s'en présentait (remember Master of puppets il y a quelques semaines). Qui se ressemble s'assemble, le dicton est éculé au possible mais se vérifie toujours finalement : la donne ne sera pas différente avec Héliport qui livre avec Désarroi esthétique un album qui fait littéralement du bien par où ça passe. Pas totalement punk, pas totalement math-rock, pas seulement pop, Héliport joue au jeu du groupe qui aura le cul sur le plus de chaises musicales et gagne haut la main avec une mixture fraiche et dynamisante. 8 titres excellents, c'est court mais c'est en même temps parfait pour se prendre une deuxième rasade si la soif musicale l'exige. Et je suis prêt à parier que 95% des auditeurs auront envie de ré-appuyer sur play au terme de ce disque. Riffs du tonnerre, section rythmique véloce, prod' clinquante et parfaitement adéquate, multiples refrains scotchants et songwriting solide as possible, Désarroi esthétique cumule les raisons de le parcourir encore et encore.
Seul bémol, qui n'en est pas vraiment un pour votre serviteur, l'anglais du chanteur doté d'un accent très "frenchy" qui pourra en gêner certains. Pour ma part, je suis assez convaincu que ça peut-être un plus non-négligeable si le groupe souhaite voguer à l'étranger. Car c'est bien connu, c'est beaucoup plus facile de choper des 06 dans des bars à New-York ou Dublin quand tu as un accent qui sent le fromage qui pue. Ah, l'exotisme...