rock Rock > Harmful

Biographie > Nocive stone'n roll

Fondé en 1992, Harmful a longtemps navigué dans un anonymant relatif, sortant tout de même des albums studios à intervales réguliers (Harmful en 1995, Apoplexy.136 en 1997, Counterbalance en 2000, Wromantic en 2001, Sanguine en 2003 et Sis masis en 2005), en même temps qu'il assurait des premières parties prestigieuses : Machine Head, Slayer, Clutch, Unsane, Unida, The Soundtrack of our lives... Au sein de son line-up, pas mal de musiciens relativement méconnus et un surtout nom : Billy Gould. Le mec a roulé sa bosse passant ainsi des cultissimes Faith no More à l'armée Brujeria avant de s'arrêter sur le projet stoner alternatif qu'est Harmful. En 2007, c'est avec lui que le groupe sort 7 (Koolarrow Records / Differ-Ant), qui est fort logiquement le septième effort studio d'une formation qui mérite sans doute bien plus que son statut d'outsider.

Harmful / Chronique LP > 7

harmful_7.jpg Harmful, un groupe qui débarque un beau jour sur la platine du W-Fenec sans qu'on en ait vraiment beaucoup entendu parler avant. Mais à la simple écoute de "Old mistakes", le retard est instantanément rattrapé et c'est les tympans vissés aux enceintes que l'on peut poursuivre la découverte du groupe via 7, qui n'est autre que le septième album du groupe. Evidemment. Rythmique power rock alternative, mélodies sulfureuses typiquement stoner, un savoir-faire évident et une bonne dose de groove bien senti, Harmful n'est pas complètement stoner rock, mais n'en est pas très éloigné non plus. Déboule alors "Another life" et ce petit quelque chose qui ne pourra qu'évoquer la famille des Queens of the Stone Age, comme le fera un peu plus tard dans l'album l'excellent "Tenderly", autre titre également bien burné, dopé aux substances éthyliques et à l'efficacité sauvagement rock...
Et on se rend compte alors que la présence au sein du line-up du groupe de Billy Gould n'est pas fortuite, tant l'ombre de Faith no More n'est pas si éloignée de 7 que l'on aurait pu le penser. Entre les morceaux les plus "conventionnels" des cultissimes auteurs de Angel dust ou Album of the Year et le rock stoner des QOTSA, Gould et sa troupe viennent se poser en alternative intéressante et plutôt cohérente. Car Harmful fait évoluer sa musique sur un faux rythme, un tempo de ballade rock/ grunge caniculaire ("Elaine", "Hide") qui peut à tout moment accélerer la cadence et envoyer du riff où bon lui semble, tout en s'offrant ci et là quelques petites exentricités aussi discrètes que légèrement expérimentales. Quelques mélodies faciles mais agréables (l'inoffensif "Tension"), le groupe livre une série de compos plus variées qu'attendu ("Recipe", "Mesanichta") et insuffle une énergie furieusement rock à l'ensemble qui se laisse écouter avec un plaisir évident. Avec un sens de la rythmique évident et bien aidé dans sa tâche par un riffing aussi incisif qu'entêtant, Harmful termine ce 7 en roue libre ("Break point") et tout en saturation bienvenue ("Long gone"). Difficile de ne pas se laisser prendre au jeu d'un album à la personnalité plutôt affirmé, électrique et rondement mené.