Guns Love Stories - The beauty of irony Malgré une bonne presse pour A terrestrial journey (paru en 2013), les Guns Love Stories n'ont pas encore réussi à se faire un nom, il faut dire qu'être surnommé "les Guns", c'est pas évident. Le pop-punk-rock-core n'est pas non plus le style qu'on associe aisément à la Suisse, comme si les mélodies catchy sur des airs chargés de guitare étaient uniquement l'apanage des Scandinaves ou des Ricains... Ça, nos Lucernois s'en moquent et continuent de composer des titres qui font mouche hors des cadres imposés, piochant à droite à gauche des idées (un poil d'emo, un peu de math, une once de punk à roulettes, une pincée de core, une grosse lampée de rock), jouant avec la technique pour faire rebondir les riffs d'une enceinte à l'autre et la rythmique pour faire bondir le public de n'importe laquelle (d'enceinte). Évitant les plans évidents et multipliant les découpages au sein même de ses compositions, Guns Love Stories propose avec The beauty of irony une sorte de mouvement perpétuel où faire du surplace est proscrit, à tel point que les parties plus douces ("Backstabbing", "Defense mode") semblent hachées. Au final, seul "The birds keep you awake" semble écrit du même trait, pour le reste, c'est hautement instable, explosif et assez jouissif.