Guano Apes : proud like a god Le facteur déclanchant pour acheter ce Proud like a god, c'est "Open your eyes" (damned & déception, 2 des clips -dont l'énorme "Lords of the board""- qui tournaient dans ma tête ne sont pas sur l'album ! Ils sont sortis sur des Ep, des singles digipak (dont le groupe est très friand) ou alors ne sont que sur la réédtion du 1er album...), "Open your eyes" donc est un hit, une petite tuerie, ça donne envie de jumper partout, l'album part très très fort... Mais on se calme très vite avec l'intro de "Maria", les grosses guitares ne font elur arrivée qu'un peu aprés, ensuite les breaks s'enchaînent, voilà c'est à ça que ressemble Guano Apes. Une voie énergique et douce à la fois, une basse très groovy, une batterie qui pète bien et des grosses grattes qui savent se faire discrètes par moment. "Rain", voilà un des ces moments calmes, c'est un slow, la voix de Sandra rappelle Gwen Stefani de No Doubt. On peut ajouter quelques scratchs en intro, comme sur "Crossing the deadline" dont le tempo monte tranquillement avant de sévèrement exploser dans ts les sens, et Sandra nous fait alors penser à Skin de Skunk Anansie... Un break savoureux via le chant et les petits effets de gratte, miam, et on enchaîne des titres simples, "classiques" comme "We use the pain", "Get Busy" ou "Suzie", des morceaux très cool qui tende un peu vers la Madonna rock sur "Never born"... Pour finir l'album qui au final est assez calme par rapport à la déferlante "Open your eyes" qui l'ouvre, on trouve "Tribute", c'est une impro ? En tout cas un truc zarbi, expérimental, interminable, le genre de truc qu'on retrouve en théorie en morceau caché... Mais le vrai morceau caché c'est la "Track 17" qui sert un vieux son sorti du grenier, apparement enregistré live devant des amis... Un bon album qui devient très bon si on lui ajoute "Lord of the board", comme c'est le cas sur les rééditions.