rock Rock > GrimSkunk

Biographie > de l'herbe pour une moufette morose...

J'ai découvert les GrimSkunk en 99 lors de leur tournée avec Mass Hysteria qui eux-mêmes les connaissaient via Lofofora qui les avaient découverts lors d'une tournée chez nos cousins d'Outre Atlantique... Le groupe est né au tout début des années 90, du temps où les démos sortaient en cassettes et où les premières prod' étaient naturellement sur vinyl... Et depuis bientôt 20 ans, le groupe n'a pas changé, seul Vincent (bassiste) a remplacé Marc ("Boris"), les autres membres sont toujours là, Franz au chant et à la gratte, Joe au clavier, Peter à la guitare et Alain à la batterie. Au Québec, le groupe est une institution, non seulement pour ses idées, son attitude et sa musique mais aussi pour ses actions et notamment la création du label indé Indica Records qui a sorti quelques bons groupes (Les Trois Accords, Vulgaires Machins) et apporté au Canada les frenchies que sont Tryo, La Rue Kétanou, La Ruda, Tagada Jones ou encore Aaron... Aprés 4 ans d'attente (et la sortie d'un DVD live), ils sortent du studio Fires under the road (qui doit être leur 7ème album), sur le vieux continent, il faut en attendre deux de plus pour qu'un label se décide à l'importer, c'est fait en mars 2008 grâce à Ter à Terre. [ [fr] Ter à terre: site du label (15 hits)External ]

GrimSkunk / Chronique LP > Fires under the road

grimskunk : fires under the road Du punk rock qui ne se prend pas trop la tête et qui a envie de diffuser de l'énergie positive autour de lui sans lésiner sur ses efforts, voilà le souvenir live que j'ai de GrimSkunk, comme c'est un groupe que je connais assez mal, aussi je ne parlerais pas d'évolution ou de changements pour cet album mais de ce qu'il est tout simplement... Et je ressens là encore l'envie pour les Québecquois d'envoyer la sauce avec des influences des seventies sous le bras (le son de l'orgue Hammond, les rythmiques diaboliques) et la qualité du son d'aujourd'hui dans nos oreilles (la production est signée Garth Richardson -RATM, L7, Spineshank, Chevelle, Melvins, Atreyu, Still Remains...-, le mastering Howie Weinberg -Faith No More, Helmet, Kyuss, Nirvana, Pantera, Sepultura, Deftones, DamagePlan, Staind...-). Rock dur ? Punk Sympa ? Ce Fires under the road est pas facilement étiquettable, GrimSkunk touche à tout et s'il ironise parfois (l'explosif "Vive le Quebec libre"), il sait aussi se faire grave ("America sucks" et son riff de surfer joyeux alors que les textes sont pour le moins sombres et réalistes : So fuck the black and fuck the spics, Let'em all starve in the ghettos, Fuck the poor and fuck the sick, Let'em all die in the ghettos (...) where are your heroes now ?). Le combo respecte assez ses aînés pour ne pas reprendre de vieilles recettes sans y ajouter la pincée de sel qui donne tout son piquant à la quinzaine de titres (oui, les lascars ne sont pas du genre à limiter leur album à 10 morceaux). Chevauchée rock, l'album s'emballe quelques fois pour devenir épique ("Blown to pieces") et joue sur la vitesse d'éxecution des plans pour dynamiter l'auditeur ("Power corrupts"), la fin des années 70 n'est pas si loin... Le repos n'est que très peu autorisé (on remarquera tout de même le coolos "What did you say"), puissance rimant souvent avec cadence ("Divide & conquer").
L'état de notre monde n'aspire pas forcément à la liesse mais si tu veux foutre le bordel avec le sourire sans pour autant l'oublier, GrimSkunk est là, et il devrait passer pas loin de chez toi...