rock Rock > Grand Central

Biographie > Grand Central Rock

Rien à voir avec Grand Central Station, la célébrissime gare new-yorkaise située en plein coeur de Manhattan, Grand Central est bel et bien... français. Un quintet rock/hardcore/punk francilien né de l'association de musiciens issus des groupes SMSCREW, Stal et Madame de Montespan pour pratiquer une musique évoquant les ogives des Gallows, The Carrier et autres The Ghost of the Thousand. Rapidement signé sur le label Hellvice I Vicious Records (Aphrodite's Baby, Schwere Artillerie), le groupe livre fin 2011 son premier EP avant d'entamer l'année suivante le chantier d'un album long-format.

Grand Central / Chronique EP > 01

Grand Central - 01 CD : check. Lecteur : check. Enceintes poussées à plein volume : check.

Ecoute N°1 : claque. Ecoute N°2 : grosse claque. Ecoute N°3 : tu finis en slip. Grand Central, c'est le genre de trucs que tu t'enfiles à la volée et fatalement en boucle, encore et encore jusqu'à épuisement s'il le faut. En même temps, il n'y a que quatre titres et comme chacun sait ici, généralement plus c'est long, plus c'est... Du coup, comme là non, quand il n'y en a plus, t'en redemandes fatalement.
01, soit le premier EP des rockeurs hardcoreux punk franciliens, c'est une sacrée marave au groove... rock'n'roll (logique) et à la hargne contaminatrice qui nous arrive dans conduits auditifs pour délicieusement nous Kärcheriser la tuyauterie. "Pacific" déboule en force d'entrée de jeu : bruyant, félin, fougueusement catchy et addictif à plus d'un titre, le groupe se lance dans le pit virtuel avant d'enflammer définitivement les planches avec un "You fuck... we don't" complètement abrupt (de décoffrage) et toujours aussi rock dans l'âme. Forcément, tu enchaînes et tu te prends gentiment un bon gros "Beautiful loosers" sur le museau. Riff extrêmement fuselé, une envie d'en découdre à se décrocher la mâchoire et les incisives qui raient le parquet, le quintet envoie la sauce et contamine l'assistance en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Foudroyant.
Grand Central c'est comme un paquet de Tucs salés : tu le commences, tu le finis forcément même si tu n'as pas faim. Et c'est limite si tu ne vas pas fouiller ensuite dans tes placards histoire de vérifier si tu n'en as pas un autre à pulvériser. Jusqu'à t'enfiler un "Hollow (The dead man song)" lui aussi en boucle parce qu'aussitôt le CD éjecté du mange-disques, tu commences déjà à ressentir le manque. Un shoot d'adrénaline directement dans la carotide, une décharge de décibels qui incendie les enceintes sans prévenir. La drogue c'est mal, Grand Central c'est mieux. Court oui mais bon.

PS : l'EP est en écoute ci-dessous. Enjoy...

[fr] 01: Bandcamp (95 hits)External ]