Future Of The Left Future Of The Left 1) On râle quand les groupes nous snobent, nous petits français, quand ils font une tournée européenne. Un groupe de ce calibre à Lille et pour 7 euros dans un cadre plutôt sympa, c'est immanquable. En plus, La Péniche trouve son lieu d'attache sur la... Deûle. Un lieu de culte pour les Lillois.

2) Le groupe entame son set avec "Arming eritrea", un petit bijou qui préfigure un show agressif...

3) La bassiste est jolie comme un coeur, en plus d'avoir un son de basse granuleux et jouissif...

4) ...Sauf que l'on avait pas de photographe digne de ce nom et qu'il va falloir aller voir Future Of The Left en live pour apprécier... son lovely accent à couper des tonneaux de whisky. Mode crevard OFF.

5) Andy Falkous est un des frontmen les plus en verves de la scène rock, les interactions avec le public, entre de nombreux changements de matos, sont rares mais toujours corrosives et divertissantes

6) McLusky : le groupe jouera deux morceaux de Do Dallas ("To hell with good intentions", "Lightsabre"...). Les deux pics de la soirée qui ont réveillé un public soit endormi, soit en mode observation. Concert du dimanche après un diner trop copieux chez les beaux-parents oblige ?

7) Parce que même si ces mecs sont des pros confirmés, ils restent aussi des punks et des branleurs dans l'esprit et il y a toujours une part de spontanéité qui a rendu un live logiquement très rodé, mais pas totalement, et donc particulièrement cool.

8) Une set list savamment dosée, entre tubes du premier album ("Manchasm", "Deadenemy"), brûlots du deuxième ("Eritrea", "Chin", "Satan"...) et teaser classieux du troisième ("Sheena", "Robocop 4")... Le fan ne pouvait pas demander mieux. Ah si, une set list constituée uniquement de titres de McLusky. Ouais, OK. Tu fais chier le fan, tourne la page.

9) Un final à la "Endless nameless", chaotique et avec la participation du public, la destruction des instruments en moins. Parce qu'il faut pas déconner, ils ont quand même beaucoup moins de thunes que Nirvana.

10) Un p'tit message du W-fenec à la promo française de Future Of The Left : on attend le nouvel album pour une chronique.