Furiapolis - Déesses Depuis 2009, Furiapolis a sorti 3 EPs mais au moment de passer le cap du premier album, a fait le choix d'affirmer son rock en français. Choix périlleux mais quand on évolue dans un registre "gros rock", il est plus évident de se démarquer avec des textes qu'avec certains riffs qui prêteraient facilement à comparaison (en cherchant un peu, tu peux trouver des accointances tant avec AC/DC qu'avec Nickelback sur cet album). Et s'il était en anglais, que penserait-on d'un morceau comme "Ici et ailleurs" ? Efficace, il reste en tête et "sonne", on se concentre davantage sur les textes alors qu'en version anglophone, on en resterait à quelques effets basiques et critiquerait certains ressorts. Pour autant, quand les Marseillais reprennent leurs vieilles habitudes (la septième piste ou "The rescue" par exemple), ça marche également plutôt bien. On flirte parfois avec le métal mais l'ensemble reste dans la veine d'un rock lourd où les saturations comptent (et sont soignées) autant que le groove ("L'armée des rois") et où, finalement, paroles et musique trouvent leur équilibre. Inspiré par les Anglo-Saxons, Furiapolis propose son interprétation d'un rock "franglais" qui ne ressemble pas aux autres groupes de "rock français" et se démarque des poids lourds venus d'ailleurs.