frigo_voices_from_the_sea_dvd.jpg Un DVD autoproduit pour un jeune groupe qui sort tout juste son premier album. Info, intox ? Expérience assumée jusqu'au out ou objet vide et produit juste pour la frime ? Connaissant le travail du groupe, on pencherait pour la première hypothèse. On met la galette dans le lecteur et la réponse ne se fait attendre que quelques dixièmes de secondes. Et là non seulement on est rassuré, mais en plus on a droit à une belle surprise, car pour de l'autoproduit ça a carrément la classe. Visuellement, la présentation est élégante et les menus, fonctionnels. On passe à la découverte du contenu en se disant que décidément, Frigo après un premier album très soigné, fait les choses de manière très professionnelle. Souvent la marque des plus grands du reste... Au programme donc de ce Voices from the sea, deux lives enregistrés à Brest et St Brieux, deux clips de titres inédits ("Big grey city" et "One track mind") filmés avec une économie de moyens inhérente à la situation de tout groupe indépendant à l'heure se son premier album, un docu sur les coulisses de l'enregistrement de Funambul et last but not least des bonus comprenant des extraits live et d'interviews. Si les deux clips inédits pâtissent du peu de moyens dont diposaient le groupe pour les produire, les deux titres n'en sont pas moins des morceaux qui auraient très bien pu figurer au tracklisting de l'album. En ce qui concerne les deux lives, Frigo y interprètent des morceaux de leur album et plusieurs autres extraits de leurs précédents EP. N'ayant découvert le groupe que via Funambul, je ne suis donc pas familier de tous les morceaux joués sur ces deux lives, mais pour ceux présents sur l'album, comme "Deadly summer trip" ou "Borderline", le passage du studio à la scène se fait sans encombre. Et ce que l'on perd en acoustique (le concert à Brest se déroulant sur la Place de la Liberté et donc en plein air), on le gagne en ambiance. La musique de Frigo est en effet toujours aussi soyeuse et envoûtante, les sonorités éléctroniques se font parfois omniprésentes, parfois plus discrètes, laissant leur place aux arrangement instrumentaux et à un songwriting dépouillé. A l'instar de son premier LP, Frigo suggère habilement que tout ce que le trio fait, il le fait bien et ça, c'est sans aucun doute la marque de gens passionnés, d'artistes inspirés à l'avenir tout tracé...