rock Rock > Fredy Rotten

Biographie > Johnny, Jérome & Fredy

Fredy Rotten, c'est le projet solo de Frederyk Rotter, leader de Zatokrev. Il enregistre une première démo deux titres en 2008 et sera suivi par un premier album en 2010 intitulé Even if we sleep chez Czar of crickets.

Fredy Rotten / Chronique LP > Even if we sleep

Fredy Rotten - Even if we sleep Il n'est plus rare de voir un musicien exploiter une veine aux antipodes, de son groupe initial j'entends, dans un projet en solo qui prend les fans à rebrousse-poil. Tout le monde a en mémoire Steve Von Till et Scott Kelly de Neurosis, on pourrait également citer Troy Von Balthazar (de Chokebore, s'il fallait le rappeler), John Frusciante (ex-guitariste des horripilants Red Hot Chili Peppers) et bien d'autres. Dans cet ordre d'idée, on te présente le projet de Frederyk Rotter, leader de Zatokrev, qui exploite une nouvelle orientation, il se réclame de Nick Drake, Neil Young & cie, avec énormément de talent.
"Even if we sleep", le premier titre, est une belle porte d'entrée dans l'univers du monsieur : orchestration acoustique, arrangements parcimonieux et de très bons gouts, mélodie cristalline et caressante mais là où il surprend réellement c'est sur le grain de sa voix plus proche d'un Vincent Gallo ou d'un Nick Drake, un registre doux ou on ne l'imaginait clairement pas. Quoiqu'il en soit, Fredy Rotten s'en sort avec les honneurs, place de très belles lignes de chants et fait passer l'émotion "finger in ze nose". Passé ce premier contact segmentant, soit tu adhères ou pas à ce qu'il propose, le disque s'écoute avec un plaisir constant, d'autant qu'il enchaine les morceaux au spleen savoureux avec une facilité déconcertante ("Dry in the sea", "Stay above me", "Untrodden") et jouit d'un songwriting sans faille. Même sur un exercice à priori plus difficile, passionner un auditeur sur un morceau de 7 minutes, Frederik te cale un "Unseen hands" entre les oreilles et arrive à te décrocher ce sourire béat que provoque une musique bien faite.
Au vu de ses antécédents, on attendait le musicien au détour et il nous livre un très beau disque, personnel et à la sincérité sans faille. Ni plus, ni moins.

NdR : l'artwork est vraiment très beau et trouve sa quintessence lorsqu'il est déplié. On te laisse aller vérifier.