Comment se passe la quotidienne de Pop Rock Station sur RTL2 ?
C'est speed ! Du lundi au jeudi, avec deux enregistrements le jeudi puisqu'il y a Francis Zegut diffusion d'un best of le dimanche. J'arrive en début d'après-midi et je repars vers minuit. J'étais un oiseau de nuit donc ça ne me dérange pas. Et puis j'ai le contrôle de la programmation : c'est moi qui décide quoi passer à l'antenne, donc je suis un peu plus libre qu'à RTL (jusqu'en 2001, nldr). Par contre j'ai plus la possibilité d'aller voir des concerts.

Qu'est-ce qui t'est absolument nécessaire pour faire une bonne émission ?
D'une bouteille de flotte, d'abord. J'ai aussi mes petites habitudes. Avant le début de l'émission, je revois un peu la programmation, j'écoute le programme précédent. Je ne sors pas du studio pendant l'émission, ou alors une ou deux fois pour aller pisser.

Sinon tu ne quittes pas ton casque et ton micro ?
J'ai toujours le casque sur les oreilles. J'écoute les titres, je prépare ce que je vais dire. Pas comme Thomas, mon réalisateur, qui a toujours un œil sur Facebook, un autre sur la télé quand il y a un match de foot... Alors je retourne la télé, je lui ferme son ordinateur et là il fait des bonnes émissions.
Et puis même à mon âge ça m'arrive de descendre de mon siège, de prendre ma guitare en carton et de faire l'imbécile dans le studio.

Est-ce que le standardiste des "Routiers sont sympas" voulait ou imaginait devenir un animateur incontournable de radio ?
J'avais pas d'ambition à cette époque-là, je faisais ça pour bouffer. J'ai eu une jeunesse assez chaotique et en province j'écoutais "Salut les copains" pour tenir, alors que j'étais placé de famille d'accueil en famille d'accueil. La radio était une sorte de bouée.
Quand je suis arrivé à Paris, je suis tombé au standard des "Routiers". C'était spécial pour moi d'arriver dans le lieu de fabrication de ces émissions.

Le week-end, je restais à la station, on écoutait des disques. Un jour, j'ai fais écouter au programmateur un petit groupe irlandais. Il me regarde et me dit qu'il va le passer à l'antenne. Moi j'étais super étonné, et fier aussi : je passais un titre à la radio ! Et c'est comme ça que U2 a été diffusé pour la première fois à la radio en France.

Francis Zegut Des parcours comme le tiens, c'est encore possible aujourd'hui ?
Euh... Les jeunes qui ont 20-25 ans, c'est une génération qui morfle mais qui se bouge pas. Moi je le vois avec mes gamins. Pourquoi te lever le matin quand t'as 800 euros d'aides ? S'ils ne les avaient pas, ils se bougeraient pour trouver du travail. Mais non. C'est le tout assistanat.

La retraite à 60 ans c'est pour toi ?
Non, non. Pas dans ces conditions. Finalement j'ai pas beaucoup d'interventions durant mon émission. C'est la radio qui veut ça. La FM a cultivé des amuseurs publics comme Cauet. A part Georges Lang sur RTL, Lavige sur France Inter et moi sur RTL2, il n'y a pas grand monde qui passe ce genre de musique. Donc je ne peux pas arrêter.

Ton blog est souvent repris par de grands médias. Tu es une source d'information légitime.
Je ne publie rien comme ça. Tout est sourcé. Parfois ça ne se réalise pas, comme un concert d'Iron Maiden aux Arènes de Nîmes que j'avais annoncé. J'ai les flyers de ce concert, c'est pour dire à quel point ça devait se faire !

Quelle importance a pris ce blog au fur et à mesure des années ?
A l'époque où j'étais à RTL, c'était le moyen pour moi de faire ce que je voulais. Mon blog est en dehors de la station, n'y est pas rattaché, pas de pub, rien. Pendant mes années de radio j'ai suscité beaucoup de vocations, des gens qui travaillent maintenant dans la musique. C'est sur eux que je m'appuie pour annoncer des news avant les autres. Je poste tous les jours, sans arrêt.

Tu achètes toujours des CD et des vinyles ?
Non, non. Avant j'avais 18 000 vinyles et presque autant de CD. Ça devient un problème quand tu déménages. J'ai tout encodé - ça m'a pris deux mois - et je me trimballe avec un disque dur avec tout dedans. La plupart de mes skeuds, je les ai vendus ou offerts, comme sur mon blog. Aujourd'hui j'ai 1000 vinyles qui sont très sentimentaux et 1000 CD qui sont aussi très sentimentaux. Maintenant je télécharge, je m'en fous d'avoir un objet.

Tu es plutôt pro-technologie donc ?
Oui pour moi c'est beaucoup plus pratique de préparer des émissions avec un ordinateur et une base de données plutôt que de fouiller dans une bibliothèque remplie de vinyles. Mais pour le reste, c'est niet.

C'est à dire ?
Facebook par exemple : le mec il a compris comment satisfaire l'égo des gens. J'ai un mur donc je suis. C'est de l'auto-congratulation. On montre bien qu'on a 900 "amis" alors que dans la réalité des amis t'en as trois ou quatre dans ta vie.
Tu deviens parano avec ces trucs-là. Si pendant cinq minutes t'as pas un texto ou un appel, tu deviens complètement dingue. La technologie, je l'utilise pour découvrir de la musique. Je vais sur iTunes, je télécharge, je fouine, mais pas pour ma vie privée. Je suis pas un Pierreafeu, j'utilise les mails et tout ça, mais c'est tout. Mon téléphone, il téléphone, point barre.