Rock Rock > FFF

Biographie > We want to fu(n)k !

Pour raconter l'histoire de FFF, il faut remonter dans les années 80 où Marco Prince (chant) et Nicolas Baby, alias Niktus, commence à jouer ensemble du jazz-rock en banlieue parisienne. En 1987, ils sont rejoints par Yarol Poupaud ( guitare), Krichou Montieux (batterie), Félix (clavier) et Philippe Herpin au saxo. Le groupe FFF est né. En 1990, ils signent chez Epic, filiale de Sony. En 1991, ils sortent Blast culture enregistré à New York. Cet album leur permet de tourner en France mais aussi aux Etats-Unis, au Japon, au Canada et en Afrique, notamment en première partie de Georges Clinton, l'une de leurs influences majeures. En 1993, FFF sort un album entièrement en anglais baptisé Free for Ever. Le saxophoniste quitte le navire. En 1996, sorti de l'éponyme. Consécration : le groupe remporte une victoire de la musique en 1997 pour leur performance à l'Olympia. En 1997 sort l'album live Vivants enregistré aux Eurockéennes de Belfort. Les FFF ne donneront plus de signe de vie avant 1999 et la sortie de Vierges. Le groupe évolue toujours, s'éloigne du funk rock d'antan mais le public ne suit pas. Cet échec précipitera la fin du groupe. Pour l'anecdote, les FFF referont surface en 2007 pour le festival Solidays avec le line-up d'origine.

Interview : FFF, Yarol en interview (sept. 2021)

Interview : FFF, rencontre avec Krishou

FFF / Chronique LP > I scream

I Scream FFF est un groupe qui a façonné mon identité musicale. Free For Fever et son titre phare "Silver groover" ont considérablement marqué mes esprits tandis que FFF, le troisième album, m'a définitivement fait passer du coté lumineux de la fusion (avec le génial Persona non grata des bataves Urban Dance Squad, certainement le groupe qui m'a le plus marqué, scéniquement parlant). J'ai écumé à la fin des années 90 les salles et les festivals pour assister aux concerts de la formation de Barbès, j'ai été membre de leur fanclub et j'ai tenté de jouer dans ma chambre tous les plans de guitares de Yarol. Bref, FFF a été et demeure important pour moi. Et même si le groupe mourrait à petit feu suite à la sortie de Vierge (sans toutefois annoncer officiellement un split), j'ai toujours eu une affection particulière pour le désormais quatuor à tel point qu'il était inconcevable que je rate les retrouvailles scéniques au printemps 2014, en attendant un hypothétique retour discographique qui vient de se réaliser. FFF, Fabuleuse Formation Fantasmatique ? NON. FFF est bien vivant !!

Je suis toujours sceptique à propos des revivals musicaux qui, la plupart du temps, sont souvent bien plus navrants que constructifs. D'autant plus quand ils sont à l'initiative d'un tiers plus ou moins intéressé. Mais tout semblait réuni pour que les quatre FFFantastiques reprennent le chemin des studios pour une bonne raison. Et ils ont bien fait, car dès la première écoute d'I scream, j'ai été saisi de frissons et de bonnes vibrations. Ces sensibilités que seule la musique comme entertainment peut me procurer. Me voici de nouveau parcouru par cette sensation enivrante d'une euphorie incandescente que me procurait il y a presque trente ans déjà la découverte des disques de ces Fantastiques et Fantasques Furieux. FFF est inclassable, même si ses albums ont toujours été orientés. I scream est un disque addictif, dans l'ère du temps, composé de pépites jouissantes et de morceaux imprégnés d'une forte identité. Dès ses premières notes, ses premières mélodies vocales et ses refrains magiques, "Les magazines" envoute autant qu'il rassure : l'alchimie fonctionne toujours. La voix de Marco Prince est aussi charismatique qu'autrefois, les arrangements sont exquis et le disque ne pouvait pas mieux débuter. Alternant chant en français et en anglais, Marco est l'énergie motrice d'une formation qui fait exploser les papilles auditives dans une effusion de sonorités excitantes et étourdissantes. "All right" est langoureux et impétueux à la fois, alors que "Must let you go" et "I'm there" sont aux antipodes dans leurs sonorités mais avec comme dénominateur commun de provoquer le plaisir. Mais tout ceci n'était qu'une mise en bouche pour préparer l'auditeur à la bombe "On devient FFFou", un futur classique funk de la set list en live qui va mettre le feu aux salles et aux festivals.

La deuxième partie du disque sera un enchaînement de titres aboutis et attachants, "Tout ce qu'on FFFait" et l'accoutumant "Won't you" en tête de gondole. Rock, dansant, excitant, fiévreux, ténébreux, lumineux, libre, I scream est un peu tout ça à la fois. Le disque de quatre copains aux louables intentions et aux magiques inspirations. Retour gagnant ? Bien plus que ça : retour renversant.

Publié dans le Mag #58

FFF / Chronique LP > Hot like dynamite

Yarol - Hot like dynamite Alors que le premier album de Yarol arborait une pochette noir et blanc et était un rock sans concession, le second album affiche une pochette colorée et le disque se fait kaléidoscope.

Chaque chanson se retrouve ainsi représentée ("Rio", "Margarita", "Chevrolet", etc. ) sur la pochette haute en couleurs et les chansons font honneur à ladite pochette. Pas de temps mort et de nombreux guests pour un album conçu pour être écouté d'une traite comme un voyage musical.

Yarol a convié une longue liste d'invités : auteur de trois textes en français sur l'album, Lescop partage le micro sur "Comme la pluie". Un chanteur de Maloya s'occupe du refrain de "Margarita", le rock n'est pas en reste puisque Warren Mutton, du groupe nantais KoKoMo, est invité sur "The detonator" et Victor Mechanick sur "Chevrolet". Le duo que nous attendions tous est celui avec Marco Prince, de FFF, qui nous replonge dans l'énergie du groupe dans les années 90's sur le titre "Television".

Un superbe album qui appelle au live pour pouvoir avoir la chance de croiser les guests au gré des différentes dates.

Publié dans le Mag #48

FFF / Chronique LP > Vivants

FFF - Vivants (live) Hormis sur certain MTV unplugged, il faut dire les choses telles qu'elles le sont : les albums lives sont souvent inintéressants. Un groupe qui se contente de jouer en mode pilote automatique en ajoutant aucune plus-value à son répertoire : c'est plus qu'il n'en faut pour rendre un objet sans intérêt. Sauf que pour cette chronique, c'est de FFF que l'on parle : le représentant incontournable de la fusion made in France. Le groupe vient de sortir un album de qualité (FFF), ils tournent intensément pour le promouvoir et quel meilleur moyen de promotion que le live, surtout quand il s'agit d'un groupe dont la réputation a largement dépassé les frontières françaises.
"FFF est dans la place ! Est-ce que vous êtes vivants ? On va décoller ensemble !" lance un Marco Prince prêt à enflammer les Eurockéennes de Belfort (édition 1997). C'est sous le signe de la rétrospective que commence ce live avec 3 titres qui piochent dans les anciens albums de la Fédération Française de Funk : "Silver groover", "Leave me alone" et "Ac2n" offre une entame deluxe avec un trio de morceaux électrisés et électrisant pour l'auditeur. Energie à revendre et interaction avec un public déjà conquis : c'est le sommaire de ce live d'une durée d'une heure. Premier exploration dans l'album éponyme, "Morphée" ralentit singulièrement le tempo avec son intro en guise d'appel du pied au marchand de sable et son refrain qui invite au réveil. Un morceau comme "Barbès" qui évoque la chaleur d'un quartier ne pouvait qu'être une bombe dispendieuse d'énergie en live. "Mauvais garçon" durcit le ton mais toujours à la manière d'FFF : un prétexte à la débauche d'énergie. Depuis 3 morceaux, les FFF nous comblent avec une relecture de leurs morceaux récents et ça continuera jusqu'au terme de ce disque : tant mieux pour nous, les morceaux sélectionnés par la Fédération sont de qualité. "Act up" nous permet de reprendre notre souffle momentanément tandis que "le pire est le meilleur" avec son final version dancefloor verse un peu de dynamite énergisante sur une set-list qui en avait pas vraiment besoin. Surtout qu'en conclusion, les FFF nous assènent un "Niggalize it" totalement mémorable et transcendé. Quelques "I am a nigger, you're are a nigger" plus loin, la Fédération Française de Funk nous quitte en nous laissant un testament qui prouve combien ils pouvaient maîtriser l'exercice périlleux du live. Les éléments qui ont fait de FFF un groupe à part sont ici totalement maximisés. De plus, les morceaux subissent un traitement et une transformation qui rendent ce disque encore plus indispensable pour ceux qui n'ont jamais eu la chance de les voir en concerts. Vous remarquerez que le mot énergie est utilisé plusieurs fois dans cette chronique : ce n'est absolument pas un hasard. Un disque étalon en matière de live.

FFF / Chronique LP > FFF


fff_fff.jpg En 1996, les FFF sont au sommet de leur art : ils jouissent d'une réputation scénique mondiale hors-norme et vont sortir incontestablement leur meilleur production avec ce 3e album. Signe d'une confiance également hors-norme, le groupe va entièrement se produire. A l'instar des Fishbone ( une des nombreuses influences revendiquées ), "la funk family" a su faire évoluer sa musique pour prendre une orientation plus rock tout en gardant quelques aspects funk : et ça leur réussit carrément bien. Les projecteurs sont évidemment focalisés sur Marco Prince, chanteur, parolier et leader de la troupe. Désormais très expérimenté, il maîtrise son sujet comme jamais : que ce soit sa voix d'une polyvalence redoutable ou ses textes imaginatifs, imagés et souvent très positifs. Les thèmes abordés sont variés : souvent en adéquation avec les préoccupations d'un humain lambda de notre époque et/ou centré sur les introspections et la personnalité du frontman dreadlocké . Avec « On ne badine pas avec la mort », il évoque la peur de contracter le Sida. Dans "Barbès", il rend hommage à un quartier et des racines qu'il affectionne. Pour "mauvais garçon", il se met dans la peau d' une "caillera", ce que l'on peine à croire qu'il puisse être ou avoir été. Avec "Niggalize it" (détournement du Legalize it de Peter Tosh sorti en 76 ?), il invoque ses origines et condamne ce fléau qu'est le racisme. Enfin, dans "Le pire et le meilleur", premier single sorti à l'époque, Marco s'en prend à sa propre dualité, aux contraires qui nous tiraillent et aux mauvaises actions qu'il est capable d'infliger à autrui. Du coté de la musique, les FFF touchent à tous les styles avec succès : du funk de leur début ("Knock your down") à la pop ("un jour"), en passant par le rock avec des guitares quasi-métalliques, relents de leurs précédents albums, sur "Morphée" et "Niggalize it". Le disque se finit sur un "Knock you down" hypnotique : seul morceau en anglais, probablement le plus ( attention néologisme ! ) "Georges Clintonien" de l'album. Le son de basse très Bootsy Collins caractéristique à ce type de musique ainsi que l'apport d'une trompette et d'un trombone lui confère une atmosphère et une aura particulière. On imagine assez facilement le groupe parisien dans une salle du Chicago des années 70 sous l'influence de substances narcotiques en compagnie du grand gourou illuminé de la musique funk .
Alliage de refrains entêtants de textes bien foutus et d'un rock fusion métissé, cet album est une franche réussite. Une décennie après, FFF n'a pas vieillit d'un poil et reste toujours un must en la matière. Un indispensable et probablement l'une des rares fois ou un groupe français aura pu chatouiller la plante de pieds des cadors du genre.