Rock Rock > Ethyline

Biographie > Ethyline

De 89 à 93, un groupe punk, Sludgeworth, basé à Chicago, tourne dans toute la partie Est des Etats-Unis et fait parler de lui grâce à un CD et les premières parties de Green Day, The Offspring, Killing Joke et d'autres. En 93, Dan Schafer, le chanteur tire sa révérence suite aux éternelles divergences artistiques. Le reste du groupe à savoir Dave McLean & adam White (guitaristes), Mike Hooten (bassiste) et Brian McQuade (batteur) décident de continuer l'aventure, une aventure qui s'appelle désormais Ethyline. Ils proposent à Matt Bessemer de les rejoindre, Matt chantait dans un petit groupe, comme il voulait rejoindre un groupe plus "sérieux", il accepte tout de suite. Le punk de Sludgeworth se transforme en power pop grunge neo punk, un truc qui n'a pas de nom mais de l'énergie à revendre, dans la lignée des Weezer. Le travail du groupe qui tourne alors dans la région de Chicago prend la forme d'un maxi puis d'un CD Jitters qui sort en 1996 chez Wild West / Fluid Recordings. En Europe, le CD sort un peu plus tard, distribué dans de nombreux pays par Sony. Mais seuls les Allemands découvrent massivement les qualités du combo. Ils seront récompensés par de nombreuses dates sur la tournée 99 qui suivra la sortie du deuxième album à l'automne. Mais des démélés avec leur label repousse sans cesse la sortie de cet album qui attendra fin 2002 pour être édité. Au hasard d'une visite sur le zine No Brain No Headache (merci !!!), je tombe sur la chronique de Longgone, un album d'Ethyline, renseignements pris, c'est bien le même groupe, je reprends contact avec Adam et début 2003, mes oreilles prennent un coup de jeune ;o) Pour l'heure, aucune sortie en France n'est prévue...

Interview : Ethyline, Ethyline Interview

Ethyline / Chronique LP > Longgone

Ethyline : Longgone Ethyline a continué son parcours de groupe indé et sans tapage s'est incrusté dans les bandes sons des séries Dawson's creek ou Les Sopranos et a pris son mal en patience pour sortir ce Longgone. Une sortie discrète qui change par rapport au premier album sorti internationalement et avec le soutien inconditionnel de la presse mondiale, mais musicalement Ethyline n'a pas vraiment changé, ils sont toujours aussi doués pour pondre des titres sans prétention mais qui sont d'une efficacité rare, un album de "tubes en puissance" qui écoutés les uns à la suite des autres nous font juste passer un bon moment, pas de heavy rotation sur MTv en vue malgré le potentiel, pas de "nouvelle révélation", rien de tout ça, juste un groupe qui joue sa musique, qui se joue du grand commerce, qui compose facilement et intelligement des titres qui feront plaisir à ceux qui les dénicheront. Le timbre de Matt n'a pas bougé, comme le groupe, il a toujours autant d'énergie à faire partager ("Long gone") et de chaleur à transmettre ("'Rufi girl"). Les ryhtmiques pop-punk sont belles et bien là ("Bite your lip"), mais le groupe ne resasse pas le même schéma à longueur d'album, il s'autorise des pauses rock'n'roll au rythme marqué, des titres qui s'énervent juste ce qu'il faut pour ne pas rester pop ("Surrenderfile")... Au risque de se répéter, si tu aimes Weezer, Foo Fighters, CandyCaine... tu devrais accrocher facilement le wagon Ethyline à ton train de power rock rafraichissant ("Bad things"). Rien de tel qu'un bon bol d'Ethyline pour se vider la tête et l'emplir de mélodies, de gimmicks, d'énergie positive et d'entrain.
Intéressé ? Bonne chasse ! (Le CD est dispo en VPC sur le site du groupe...)

Ethyline / Chronique LP > Jitters

Ethyline : Jitters Jitters est un très bon album !!! Aprés une petite "intro", on entre dans le vif du sujet, "Dry me out" présente dés les premières secondes tout le potentiel d'Ethyline. Une rythmique trés soutenue, une voix claire et chaude, des breaks bien placés, pleins de petits trucs qui font que bah, c'est cool. La suite est de la même veine, que des bonnes compos avec une exception, "Wings" qui n'est pas une bonne compo mais un énorme titre !!! Je pourrais en parler longtemps (c'est LE titre qui m'a fait acheter, aveuglément, l'album), mais le plus simple pour comprendre, c'est de l'écouter, il est rapidement téléchargeable sur le site officiel, le lien est en bas, tu le regretteras pas ! Sinon, dans sa globalité, l'album mêle judicieusement néo punk, power pop et grunge, ce qui rend inclassable les Ethyline, ou alors faut les mettre dans le même tiroir que les Weezer. C'est une sorte de synthèse du rock indé US des 90', de la bonne zic qui puise son inspiration à droite à gauche pour servir un truc qui tient plus que bien la route sans être enfermé dans les schémas types de certains styles. Encore un petit mot pour "Cum", "10 Foot Pole" (ça te dit quelque chose ?) et "Five" qui sont là pour prouver qu'entre les bonnes compos et l'énorme titre, il y a quelques titres qui auraient pu aussi faire un carton s'ils étaient sortis en "single". Y'a vraiment pas grand chose à redire sur ce putain de bon album...