The Eternal Youth - Nothing is ever over On ne les attendait pas de sitôt, le précédent et premier album Me and you against the world était sorti fin 2018 mais voilà que les membres de The Eternal Youth (TEY) en remettent une deuxième couche. C'est beau la jeunesse ! Et encore, la sortie de ce Nothing is ever over a été repoussée à cause du pangolin. Enfin, de la bêtise humaine, car la pauvre bête n'y était pas pour grand chose. Rien n'est jamais vraiment fini, on dirait presque une réponse de Normands et comme de par hasard, d'où viennent-ils ? Je te le donne en mille... de Caen ! On retrouve ainsi dans TEY le basse (Fra) / batterie (Tonio) de Ravi, pas forcément des gars tout jeunes donc (on m'aurait menti ?), Fra troquant ici sa quatre cordes pour une six cordes et le chant. Chant qui l'occupe aussi désormais dans un petit groupe punk rock de têtes brûlées du côté d'Orléans, dont vous avez peut être déjà entendu parler : Burning Heads. Tu connais pas Burning Heads ? C'est un groupe, ils étaient number one... À défaut de la classe américaine, on peut néanmoins dire que TEY a la classe anglaise et plus précisément la classe anglaise des années 80. Ça s'entend, se ressent dans les ambiances plus sombres et sons de guitares notamment, à la croisée de la cold wave, du post-punk et de l'indie-rock. Je vais citer la bio, ça sera sûrement plus parlant, où il est question de l'influence des Smiths, des Chameleons, avec une énergie plus Buzzcockienne et une prod' moderne (merci le Swan Sound Studio). Bon, tout est dit, non ? Il vous en faut plus ? À ce propos, je crois que pour les prochains numéros du W-Fenec (si la crise économique du monde d'après n'a pas raison de nos emplois mais avec ce qu'on se gave de subventions, de C.I.C.E., ça devrait aller, au pire on proposera une retraite anticipée à Gui de Champi), je vais arrêter de faire les combos chronique & interview d'un même groupe car j'ai l'impression d'être redondant et contraint à des digressions.

Allez, ok, j'y retourne. Après moult écoutes, absolument non forcées, là, pour le coup, j'ai eu irrémédiablement envie d'y revenir, régulièrement, ces dernières semaines et ce n'est pas près de s'arrêter, si le groupe a un peu ralenti le tempo sur ce disque par rapport à son prédécesseur (hormis sur les plus punk "Turning the light off" et "Sing along"), il a gagné en homogénéité. Les bases sont posées d'entrée avec "Hornets attack", le long titre d'ouverture (plus de 5 minutes) et on se vautre avec plaisir et allégresse dans ce bain de jouvence avec le véritable petit bijou qu'est "Voices from the underground" et ainsi de suite, en passant par le très 80's "I can't escape myself", jusqu'au morceau final, "The worst road to take"et son leitmotiv cinglant, répété dans les dernières secondes de l'album : "work, consume and shut up !". The Eternal Youth est-il pour autant un groupe engagé ? La question est vite répondue dans l'interview qui leur est consacrée. Rien n'est jamais vraiment fini nous disent-il, alors cette chronique l'est, mais certainement pas mon intérêt pour leur jeunesse éternelle.