Must correspond in pattern Après Stea.alto, EP inaugural avec lequel les Suisses d'Eno avaient su se révéler auprès des amoureux du genre, voici assurément l'une des très belles surprises de la compilation Falling down sous les feux de la rampe avec un deuxième mini-album : Must correspond in pattern. Quatre titres, soit quatre nouvelles pépites indie (post)-rock où le groupe démontre son goût pour les crescendo languissants ("Intro"), la mise en place d'une mécanique harmonique rare et sa maîtrise des progressions mélodiques qui veillent à plonger l'auditeur dans un état assez difficile à décrire avec des mots : comme un mélange de coma semi-conscient où certains sens seraient décuplés ("Archaic pattern"). Eno a mis trois jours pour enregistrer les quatre pistes composant cet EP et pourtant on a l'impression d'avoir devant nous un groupe qui a passé des mois à polir ses compositions, à en affiner les plus infimes détails afin d'en décupler l'amplitude émotionnelle. En quelques heures, les Suisses sont parvenus à faire naître quelques moments de grâce qui semble, au fil des écoutes, définitivement intemporelle. Pour donner plus de caractère à sa musique, Eno incorpore quelques cris lointains qui parsèment le sentiment d'apaisement absolu qui ressort du disque d'un soupçon de violence très contenue. Mais la tonalité général et propice à admirer des panoramas que le groupe esquisse en titillant notre imaginaire. Une montée des guitares portée par une trame mélodique d'une rare élégance, toujours mesuré, parfois dense, d'autres fois plus minimaliste, le groupe transforme tout ce qu'il touche en or ("Evolve, unfold"). Cercles vertueux enivrants, emprise technique absolue, le groupe ne se contente pas d'une vague "Outro" pour conclure ce Must correspond in pattern, il livre là sans doute le meilleur morceau de l'EP. Un titre de post-rock assez court (5 minutes et des poussières) mais à l'intensité salvatrice domptée par une écriture finement ciselée.
Euphorisant.