rock Rock > En Declin

Biographie > L'Italie en déclin?

En Declin fait partie du paysage musical rock italien depuis de nombreuses années déjà. En 1996, lorsqu'ils ont commencé sous le nom de My End, personne n'imaginait les voir évoluer, plus de dix ans après, sous l'étiquette "rock mélodique". Un terme qui selon eux se résume à "une sorte d'art qui réussit à exprimer la mélancolie de l'être humain avec un son moderne clair et définit". En effet, leur première arme a été le death mélodique avec Amaranth, une première démo ayant vue le jour en 2000. Ensuite, un processus de 3 ans, passant par deux passages au studio The Outer Sounds Studios à Rome (dont une deuxième maquette), permet à En Declin de sortir son premier album, Trama, fin 2005. Cette réalisation va permettre aux italiens de décrocher une signature sur le label indépendant My Kingdom Music. Après une série de concerts aux alentours de Rome - leur ville d'origine - et plus généralement dans leur pays, le quintet décide alors d'enregistrer et de doubler d'effort en matière de production avec Giuseppe Orlando, leur fidèle ingénieur du son. Le résultat arrive en septembre 2009 avec Domino / Consequence, un deuxième album qui devrait faire parler de lui, surtout si les italiens se donnent la peine de le défendre en dehors de leurs frontières.

Interview : En Declin, L'interview en déclin ? (oct. 2009)

En Declin / Chronique LP > Domino / Consequence

en DECLIN - Domino / Consequence Sensationnel est l'adjectif exact pour qualifier un album de la trempe de Domino / Consequence. Les français ont tendance à oublier que leurs voisins transalpins ont une scène rock tout autant intéressante que la leur. Le label italien My Kingdom Music a flairé le bon coup, il y a quelques années, en signant les romains d'En Declin. Après un premier essai plutôt concluant ("Trama") et en préparant scrupuleusement la suite, il leur était presque inconcevable de ne pas faire mieux. D'autant plus que les moyens de production ont été au rendez-vous. Le résultat est à la hauteur des espérances et sonne incroyablement bon. Les premières sonorités de Domino / Consequence rappellent immédiatement un certain Dredg, cette ambiance atmosphérique et aérienne venant caresser l'âme de celui qui vient à y prêter l'oreille. Les chansons défilent et il est impossible de sortir de cet envol. La voix transcendante de Mao emboite le pas sur l'intensité émotionnelle déployé par les arpèges et les accords plaqués saturés des guitares. L'ombre d'A Perfect Circle plane autour de cet opus. Le son épuré des cordes n'est pas très éloigné de celui des américains et certains gimmicks vocaux ont été empruntés au grand Maynard. Pas le temps de tergiverser sur des détails puisqu'entre en scène la frissonnante "Naiive" et ses guitares acoustiques accompagnées de notes parsemées renforçant le côté mélancolique déjà bien ancré jusqu'à présent. Un pont en langue italienne pour la marque de fabrique et on repart sur le couple "Domino" - "Consequence", deux chansons en une avec un début énergique et lourd qui laisse subodorer un bon plan progressif comme il se doit. Chapeaux bas ! Direction "Keyword out of context" (qui sera repris en italien à la fin en guise de bonus) ou l'art de vous faire rappeler les bons moments passés en compagnie de Make yourself d'Incubus, puis resurgit le fantôme de Maynard, mais cette fois-ci en mode Tool, sur "Leave apart a sense". La fluidité du jeu du batteur et le jeu de basse tout en finesse, palpable tout le long de l'album, est mis en avant sur "The script". La bonne surprise de ce Domino / Consequence est l'incroyable reprise de "While my guitar gently weeps" des Beatles avec un son moderne, améliorée et façonnée façon En Declin. L'album se termine au bout d'une heure après la berçante "Dipped", histoire de se remettre de nos émotions dans la quiétude. Avec ce disque, nul doute que l'on tient en main un joyau auditif à diffuser large auprès des fans de "rock atmosphérique".