Il y en a qui vont être contents, mais qui vont également peut-être ressasser le fait d'avoir eu dix ans d'avance. Et pour cause, depuis cinq ans, le rock instrumental est à la mode. Si si, vous avez bien lu, et là même où des groupes tels que les Karma to Burn se vautraient commercialement il y a une petite dizaine d'années avec leur stoner instrumental, la vague post-rock est passée par là pour remettre les compteurs à zéro. Et maintenant, que ce soit Mogwai et Explosions in the Sky pour le post-rock ou Pharaoh Overlord et Monkey3 dans une veine plus stoner, le rock instrumental surfe sur la vague d'un dynamisme étonnant où quantité parvient à rimer (souvent) avec qualité.
Se revendiquant complètement comme une anomalie sur la scène heavy rock, les trois canadiens d'Electric Magma assument également parfaitement le fait de ne pas compter de chanteur dans leurs rangs. Pour eux, cet état de faits leur permet d'être plus libre d'un point de vue artistique et de pouvoir faire évoluer leur musique sans la moindre contrainte. Preuves en sont les trois LP que les natifs de Toronto ont sortis en 3 ans. Le dernier en date, Snail the wah, album composé de morceaux dits traditionnels et de jams complètement improvisé, étant le premier d'entre eux à parvenir jusqu'à nous (par le biais du label spécialiste de la cause stoner en France : Longfellow Deeds Records).