Electric Jaguar Baby Depuis 2016, le bébé jaguar électrique biberonné à la grosse fuzz avait déjà donné quelques coups de crocs de lait bien convaincants. À raison d'un EP annuel, dont le 5 titres Old songs from beyond, dévotement chroniqué dans le mag #33, Electric Jaguar Baby a maintenant grandi et sort son premier LP éponyme. Neuf tracks de psyché-rock enrobés d'une épaisse couche fuzz qui enveloppe l'espace tel le nuage radioactif dans "The incredible shrinking man" (un vieux film des années 50, mais comme l'artwork des Electric Jaguar Baby tourne autour des vieux films de cette époque, avec une mention spéciale pour ceux de Russ Meyer, la métaphore peut être appropriée). Musicalement, Frank D et Antonio D savent jouer de leurs instruments, guitare et batterie, et de leurs voix pour proposer des titres plutôt pêchus comme "Backstabber" qui entame la galette, plus acid comme "Geddit", plus rock psyché avec "Soul creeper". Et puis à deux, c'est bien, mais comme c'est leur premier LP, autant inviter quelques guests pour accompagner leurs chants marqués seventies. Et tant qu'à faire, autant la jouer international avec la Ricaine Bonnie des Death Valley Girls, le Chilien Gabriel des Mephistofeles. Mais aussi inviter le voisin lyonnais Mark des 7 Days Before, qui apporte une tonalité particulière avec son hip-hop fusion. Le bébé jaguar électrique continue de bien grandir et de s'émanciper. Il a les griffes qui poussent, les crocs qui s'aiguisent et le fuzz qui lui électrise les moustaches, ...et nos oreilles avec délice.