Eels Eels est un groupe de rock alternatif US dont l'homme de base est Mark Oliver Everett, auteur, compositeur, interprète et multi instrumentiste également connu sous le pseudonyme de "E". Celui-ci a également la particularité de choisir les musiciens qui l'entourent en fonction des besoins du moment, le seul point fixe devant être le batteur Jonathan "Butch" Norton. Ce qui a pour conséquence directe un line-up à géométrie variable et le fait que Eels soit presque autant un projet solo qu'un véritable groupe au sens le plus pur du terme. Produit marketé ou véritable formation de rock à l'espérance de vie réelle, la question s'est souvent posé depuis la sortie du premier album du groupe en 1996 (Beautiful freak). Des singles qui cartonnent et tournent en boucle sur les radios US, des clips nommés au MTV Awards, Eels avait tout pour être LE groupe à kids/ midinettes taillé pour bêtement enthousiasmer les foules dans des stades archi-bondés, mais sans personnalité.

Et pourtant, entre 1997 et 1998, suite à une série de drames familiaux (le suicide de sa soeur Elizabeth et le cancer du poumon qui emporta sa mère) Everett écrit puis enregistre Electro-Shock Blues qui évoque ces événements particulièrement difficiles. L'album ne sera pas à la hauteur des attentes commerciales du label, mais le groupe se rachète une crédibilité. Suivront alors Daisies of the Galaxy où le groupe affirme sa personnalité tout en continuant à draîner un public toujours très présent, puis Souljacker en 2001. Plus radical, ce nouvel album déroute les fans et la critique, mais encore une fois, Eels parvient à se démarquer de toutes ces vagues successives de combo rock radiophoniques qui déferlent en massent sur les USA. Et surtout, quoiqu'on en dise, "E" continue de faire ce que bon lui semble. Après un album de blues relativement calme et posé (Shootenanny, 2003) sort le double album Blinking lights and other revelations en 2005. Un disque au succès incontestable dont la tournée qui le suit fera l'objet d'un CD/ DVD live intitulé Eels With String Live At Town Hall. Et finalement, toujours à la croisée des chemins entre majors et circuits indé, Eels poursuit sa route, en outsider doué, parfois sous-estimé, mais qu'on aurait tort d'enterrer trop rapidement.